Login
Le Journal helvétique: un espace de médiation culturelle
Responsable du projet Claire Jaquier
   
Collaborateur Timothée Léchot
Séverine Huguenin
   
Partenaire Friedrich Kapossy Béla
   
Résumé Créé en 1732 à Neuchâtel par le savant français Louis Bourguet et définitivement interrompu en 1784, le Mercure suisse – qui prendra successivement le titre de Journal helvétique, de Nouveau journal helvétique et de Journal de Neuchâtel – est l’organe de presse le plus important de la Suisse francophone au temps des Lumières et le périodique francophone le plus durable du XVIIIe siècle.

Lieu de réception des idées et des œuvres des Lumières européennes, le Journal helvétique permet de cerner, dans la Suisse du XVIIIe siècle, les pratiques de lecture et plus largement de pensée en société. Son rôle de « médiateur culturel » (Alain Cernuschi) ne se limite pas aux contenus savants des articles : le Journal helvétique participe encore à l’élaboration des normes du jugement esthétique et moral. Ce périodique mérite donc d’être étudié à plusieurs titres. Or, à l’instar d’autres publications périodiques éditées en Suisse francophone au XVIIIe siècle, il n’a fait l’objet que d’un nombre limité de travaux, souvent partiels, dont la plupart sont déjà anciens. Parmi eux, nous recensons une vingtaine d’articles, quelques notices de dictionnaires et une courte thèse (Fritz Störi, 1953). À l’heure où se multiplient les recherches sur le milieu culturel suisse du XVIIIe siècle, nous souhaitons dresser le portrait exhaustif de cet objet d’étude, de ses fonctions et de ses collaborateurs. Par ailleurs, les deux points de vue récurrents que la tradition porte sur le périodique – journal faible et médiocre (Virgile Rossel) ou promoteur décisif de l’helvétisme (Gonzague de Reynold) – paraissent aujourd’hui discutables ; ils méritent un réexamen sérieux et approfondi.

Le projet donnera lieu à deux thèses distinctes, mais complémentaires et rédigées en parallèle. Ensemble, elles constitueront la première monographie consacrée au Journal helvétique. Un doctorant en histoire réévaluera, à travers l’étude du périodique, l’historiographie des Lumières en Suisse. Il se penchera particulièrement sur les années du périodique où son rédacteur Louis Bourguet fait jouer ses relations huguenotes pour rassembler des historiens de Suisse francophone et de Suisse alémanique, jetant ainsi les bases d’une historiographie nationale. Après avoir étudié les implications culturelles de cette tentative ambitieuse, il en analysera l’échec. Un doctorant en études littéraires cherchera, à travers le journal et ses métamorphoses, à saisir la place qu’occupent les belles-lettres au sein des lettres dans le contexte culturel romand. Il s’intéressa plus particulièrement à la promotion, quand Henri-David de Chaillet prend en charge la rédaction du périodique, d’une poésie nationale et d’une critique littéraire indépendante.
   
Mots-clés Lumières helvétiques, Littérature suisse, Presse d'Ancien Régime, Mercure suisse, journal helvétique, journal de Neuchâtel, swiss enlightenment, Louis Bourguet, Henri-David de Chaillet, press, swiss national culture, cultural history, swiss national poetry, antiquarianism, swiss historiography, 18th century
   
Page internet http://p3.snf.ch/Project-130258
   
Type de projet Recherche fondamentale
Domaine de recherche Littérature française
Source de financement FNS
Etat Terminé
Début de projet 1-4-2010
Fin du projet 31-3-2014
Budget alloué 422'640.00
Contact Nathalie Jaccard