Login
La librairie Payot. Histoire économique et culturelle d'une entreprise en Suisse romande (1904-1973)
Responsable du projet Laurent Tissot
François Vallotton
   
Collaborateur Joseph Allimann
Carine Corajoud
   
Résumé Objet de la recherche Si le monde du livre a depuis longtemps suscité l’intérêt de nombreuses recherches sur les plans culturels, économiques, politiques, symboliques et sociaux, le secteur spécifique de la librairie reste encore très largement méconnu. La mise à disposition des très riches archives de la librairie Payot, une raison sociale créée il y a plus de cent ans et, pour le consommateur suisse, une forme de label associé à une certaine idée de la culture, permet d’envisager une étude subtantielle sur cet acteur essentiel dans la diffusion du livre et, d’une façon plus générale, de la culture. Le présent projet doit combler cette lacune en articulant une réflexion sur le développement économique de l'entreprise à une mise en perspective des transformations sociales et culturelles qui affectent la distribution du livre de la fin du XIXe siècle aux années 1970. Axes de la recherche La recherche va se développer selon trois angles d’analyse: Le premier axe vise à dégager le rôle de Payot dans le paysage économique et culturel suisse romand. A partir des années 1920, Payot s’impose non seulement comme la principale librairie de Suisse romande (en ouvrant plusieurs succursales) mais comme l’acteur prédominant du monde du livre et de la presse sur le même espace géographique: au commerce de détail, la maison ajoute une activité éditoriale, développe des relations serrées avec le monde de l’imprimerie et de la presse avant d’investir le domaine des kiosques. Le deuxième axe repose sur l’étude du développement de la librairie au XXe siècle. L’évolution de la librairie doit être replacée dans le cadre des transformations de la logique de distribution du livre dans la longue durée. Elle se traduit notamment par une tendance lourde à la réduction des délais de rotation, la prime à la nouveauté, et donc la substitution d’une logique des flux à une logique des stocks. Le troisième axe aborde l’analyse des transformations de l’économie du livre au XXe siècle et le rôle de la librairie dans celles-ci. Comment Payot a-t-il réussi à faire cohabiter un projet culturel visant à promouvoir une forme de diversité éditoriale et de nouvelles stratégies commerciales propres à préserver son caractère concurrentiel dans une économie globale du livre marquée par les phénomènes de la concentration et de la globalisation? Buts principaux de la recherche Le travail sera divisé en deux volets, un volet économique et un volet socio-culturel. Le volet économique se consacrera à la place de cette entreprise qui a été au coeur en Suisse romande d’un petit empire autour des activités du livre. Il s’intéressera plus spécialement à la diversification verticale et horizontale des activités, au poids économique du secteur de la librairie ainsi qu’au développement de nouvelles stratégies de vente et de distribution avec l’élargissement des publics. Plus globalement, cette histoire permet d’analyser les transformations du secteur liées à la hausse des dépenses consacrées aux loisirs et partant l’entrée du livre dans la consommation de masse d’une part, la multiplication des vecteurs de distribution du livre, avec l’émergence des kiosques, des grands magasins, dès le milieu des années 1930 les méthodes de vente par correspondance (clubs de livre) d’autre part. Le volet culturel développera le rôle de la famille Payot dans le tissu social et politique tout en s’interrogeant plus globalement sur l’évolution de la librairie en tant qu’acteur social et culturel. La réflexion portera sur la naissance et les transformations du métier de libraire, une profession qui tend à se spécialiser et à se concentrer depuis la fin du XIXe siècle sur la vente exclusive du livre. Par ailleurs, la librairie, espace de sociabilité entre une clientèle choisie et son gérant, tend à devenir un commerce comme les autres, plus anonyme. Toutefois, l’aspect culturel des marchandises vendues impose l’adoption d’une attitude particulière qui introduit une nouvelle distinction, non plus entre le fabricant et le commerçant, mais entre le libraire de métier et le «vendeur de livres». La conjonction de ces deux approches devrait permettre de «revisiter» la notion d'industrie culturelle en interrogeant les rapports d'interdépendance entre logiques économiques et enjeux symboliques et culturels.
   
Mots-clés Histoire de la librairie, Histoire des entreprises, Histoire du livre, Histoire de la culture, Capitalisme familial, Business history, Bookshop history, Economic history, Social history, Family history, Book history
   
Type de projet Recherche fondamentale
Domaine de recherche Histoire suisse
Source de financement FNS - Encouragement de projets (Div. I-III)
Etat Terminé
Début de projet 1-7-2010
Fin du projet 30-6-2013
Budget alloué 313'668.00
Autre information http://p3.snf.ch/projects-129778#
Contact Laurent Tissot