Voici les éléments 1 - 6 sur 6
  • Publication
    Accès libre
    Choisir un métier technique : entre aspirations professionnelles et réalités
    Ce travail de mémoire s’intéresse aux choix professionnels des adolescents dans les métiers mécaniques et techniques. Il donne l’occasion de réfléchir aux liens parfois problématiques entre les aspirations et les compétences professionnelles des adolescents d’une part, et les offres de formation et le marché du travail d’autre part. Actuellement, les acteurs concernés discutent de la difficulté d’attirer les adolescents à suivre une formation de type mécanique ou technique, malgré la richesse de la région de l’Arc jurassien, en Suisse, qui offre de nombreuses perspectives professionnelles dans les secteurs industriels. En se basant sur une méthodologie d’aspiration ethnographique, ce mémoire cherche à comprendre la construction d’un projet professionnel dans la mécanique et la technique par les jeunes. Pour cela, ce travail propose un kaléidoscope de ce domaine. Il relève d’une part les aspects historiques du milieu et d’autre part, confronte les points de vue des personnes impliqués (écoles, entreprises, office d’orientation et service de l’enseignement obligatoire).
  • Publication
    Accès libre
    Comment concilier apprentissages formels et pratiques dans une formation par alternance?: Etude monographique d'un centre de formation professionnelle à Saintes en France
    (2010)
    D'Ascoli, Yannick
    ;
    ;
    Gindroz, Jean-Pierre
    C’est à travers une approche monographique menée en France que ce mémoire tente de mieux comprendre certains phénomènes émergeant dans l’organisation et le vécu d’une formation professionnelle par alternance. Plus précisément, le suivi d’une classe de techniciens supérieurs en aménagement paysager définit le cadre contextuel de ce travail. L’étude d’une filière de formation par alternance ne peut faire l’impasse sur la problématique de la complémentarité des apprentissages proposés au centre d’établissement et en entreprise. Un accent particulier est porté sur les stratégies cognitives et pédagogiques mises en place par les étudiants et les enseignants afin de faciliter les transferts des connaissances entre les deux milieux de formation susmentionnés. Dans un deuxième temps, notre attention s’est focalisée sur le rôle joué par certains dispositifs de formation dans les processus de construction de savoirs. C’est à travers l’utilisation de supports imagés et informatiques ou la mise en place de séances d’explicitation et d’argumentation que ces outils semblent soutenir les apprentissages et consolider le partenariat entre le milieu scolaire et professionnel. Finalement, un état des lieux est fait concernant les dynamiques et les enjeux qui régissent les relations entre les différents acteurs présents dans une formation par alternance (étudiants, enseignants et entrepreneurs). Dans un contexte d’immersion dans le milieu observé, c’est un corpus de données qualitatives diversifiées (entretiens, enregistrements sonores, observation) qui a permis de mieux saisir ces différents éléments. Plusieurs modèles théoriques découlant du projet européen KP-Lab (dans lequel s’intègre ce mémoire) comme par exemple le « trialogical learning » ou le « boundary-crossing », de la littérature francophone en ce qui concerne l’alternance ainsi que de la théorie de l’activité, avec notamment le triangle d’Engeström (1999), composent un cadre conceptuel élargi et sont utilisés pour appréhender les données recueillies.
  • Publication
    Accès libre
    « Non au sexe ! » ou la confrontation des points de vue autour d’un dispositif de prévention Sida au Malawi
    (2010)
    Rémy, Cosette
    ;
    Cette étude, menée dans le cadre d’un travail de mémoire à l’Institut de Psychologie et Education à l’Université de Neuchâtel, prend comme objet d’étude un programme de prévention Sida implémenté au Malawi par une association caritative anglaise. Mon intérêt de départ était de comprendre les échecs de la prévention Sida en Afrique australe et de dépasser les théories comportementalistes encore utilisées par les chercheurs dans ce domaine pour expliquer les revers de la prévention dans cette région du monde. Je prends le point de vue de la psychologie socio-culturelle afin d’apporter un nouveau regard sur la prévention, un regard qui inclus le contexte plus large dans lequel elle s’inscrit, et qui permette d’articuler à la fois les idéologies des concepteurs, les pressions politico-économiques des sponsors, et les interprétations des destinataires. La prévention Sida ne touche pas seulement au domaine de la santé, de l’épidémiologie, elle aspire à une transmission de connaissances et nous renvoie inévitablement au domaine de l’apprentissage.

    Dans le cadre de cette étude, le dispositif de prévention Sida est donc appréhendé en tant que situation d’apprentissage, en tant que lieu de rencontre entre des acteurs venant de milieux différents et faisant référence à des systèmes de valeurs différents qui peuvent engendrer des malentendus quant aux objectifs du dispositif et aux attentes de chacun. Ces décalages entre systèmes symboliques, entre système de référence, offriraient une clé de lecture pour mieux comprendre les échecs répétés des interventions de prévention Sida en Afrique. De la même manière que les décalages entre professeur et élève mènent aussi à des échecs scolaires.

    Les résultats de la recherche démontrent en effet un certains nombres de malentendus entre l’univers (le système de référence) des concepteurs du programme de prévention – des Anglais – et celui des destinataires – des étudiants malawites. Par exemple, la vision cognitive et comportementale que les concepteurs ont de la prévention du Sida (en se focalisant presque exclusivement sur le changement de comportement des destinataires) s’oppose à la vision des participants qui évoquent aussi les circonstances situationnelles et les relations sociales dans la prévention des maladies. De même, les représentations que les concepteurs ont de la « sexualité en Afrique » se rapportent davantage à des comportements individuels à risque (multi-partenariat sexuel simultané, infidélité, rejet du préservatif) qu’à des relations interpersonnelles ancrées dans des pratiques culturelles et sociales et créant une dépendance mutuelle entre les conjoints, leur famille et leur communauté.

    En outre, l’interprétation et l’utilisation des objectifs du programme diffèrent entre concepteurs, animateurs et destinataires. Il est apparu lors des entretiens que les participants se servent de leur position au sein de l’association à d’autres fins que celles contenues dans les objectifs du dispositif. Par exemple, certains se soucient moins de changer leurs comportements sexuels et plus de ce qu’ils peuvent tirer de leur statut en tant que membre de l’association auprès des filles par exemple (pour mener des investigations, séduire et même accumuler les partenaires). Il est surprenant de noter que certains étudiants utilisent leur position à l’encontre des conseils donnés par les animateurs (dire non au sexe, réduire le nombre de partenaires).

    Les résultats de cette recherche dévoilent certains décalages entre le point de vue des concepteurs et celui des destinataires du dispositif de prévention Sida qui trahissent les appartenances de chacun à des contextes socioculturels distincts et qui rend difficile les ajustements mutuels atteindre une compréhension intersubjective des enjeux du dispositif. Et cela est dû en grande partie au fait que ces malentendus ne sont pas dévoilés. Il semble donc réducteur d’évaluer les interventions de prévention Sida en mesurant uniquement le changement de comportement des personnes visées par le dispositif, toute situation de transmission de connaissances, toute situation d’apprentissage, est avant tout un lieu de rencontre, d’échange, de communication entre des personnes faisant référence à des univers socioculturels différents. Tant que les interventions de prévention Sida au Malawi ne confronteront pas ces malentendus, il sera d’autant plus difficile de les surmonter et d’avoir un impact dans la vie des Malawites.
  • Publication
    Accès libre
    La psycho-pédagogie de l'argumentation: bibliographie commentée
    (2005)
    Darbellay, Karine
    ;
    Le but de ce mémoire consiste à faire une synthèse des recherches en cours concernant la pédagogie de l'argumentation. Car contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce champ n'est pas encore unifié, les résultats des recherches ne concordent pas forcément entre eux et il n'y a pas encore de synthèse jugée satisfaisante. Ce travail contient aussi une visée plus pragmatique. Il permet de faire le point après la participation de certains membres de l'Institut de Psychologie de l'Université de Neuchâtel au projet DUNES (Dialogic & argUmentative Negotiation Educational Software). Comme son nom l'indique, cette recherche a porté sur l'argumentation dans le champ pédagogique assisté d'un programme informatique. Ce projet, financé par le 5ème Programme-cadre de la Commission européenne, a débuté en mars 2002 et s'est terminé le 31 août 2004. La première partie du présent travail présente une synthèse des lectures effectuées sur un thème particulier, chaque thème se référant à plusieurs auteur-es cité-es dans la bibliographie (deuxième partie). Cette synthèse commence par une brève introduction proposant quelques définitions de l'argumentation, suivi d'éléments historiques qui ont pour but de présenter un état des lieux établit par certain-es auteurs dans le champ de l'argumentation d'une part et dans celui de la psychologie de l'argumentation d'autre part. Les chapitres suivants présentent des champs particuliers du domaine comme la psychologie du développement de l'argumentation chez l'enfant ou les méthodes pédagogiques mises en place pour favoriser l'émergence de compétences argumentatives à l'école. Puis, l'angle de la synthèse se resserre en abordant la pédagogie de l'argumentation dans les domaines des sciences et de l'histoire. Enfin, pour se rapprocher du projet Dunes, cette première partie se termine par une présentation de divers logiciels pédagogiques qui ont pour but d'aider les élèves à formuler des argumentations. Quant à la deuxième partie, elle contient la bibliographie proprement dite. Cette dernière se présente également par domaines d'intérêt, ceux précités et d'autres qui ne sont pas développés dans la première partie comme notamment la pensée critique ou la négociation qui sont des domaines proches de l'argumentation, les émotions et les phénomènes argumentatifs ou la présentation d'auteur-es incontournables dans le domaine.