Voici les éléments 1 - 10 sur 11
  • Publication
    Accès libre
    „Richtig hier ankommen“ : Eine ethnographische Forschung zu alltäglichen Praktiken eines Flüchtlingssozialdienstes als Teil einer arrival infrastructure
    (2020-09)
    Schiltknecht, Anna Lisa Magdalena
    ;
    Für asylsuchende Personen markiert die rechtliche Bestätigung des Flüchtlingsstatus und die damit einhergehende (vorläufige) Sicherung des Bleiberechts in der Schweiz das Ende eines vielfach langwierigen bürokratischen Verfahrens. Diese Masterarbeit fokussiert auf den Umgang mit Personen mit Flüchtlingsstatus unmittelbar nach Erhalt des Asylentscheids und beleuchtet die Fortsetzung und den Beginn einer bürokratischen Regulierung, die mit dem Konzept der arrival infrastructures näher in den Blick genommen wird. Das Forschungsobjekt Flüchtlingssozialdienst Caritas Bern wird als Teil einer Infrastruktur gefasst, mit der Personen mit Flüchtlingsstatus in einer asymmetrischen Aushandlung um ihre gegenwärtigen Situationen und Zukunftsmöglichkeiten stehen. Erkenntnissen der Bürokratieforschung folgend, stellt diese Masterarbeit alltägliche Interaktionen zwischen Sozialarbeitenden des Flüchtlingssozialdienstes und Personen mit Flüchtlingsstatus ins Zentrum. Anhand der Analyse von ethnographischen Daten, die in einer mehrmonatigen Feldforschung erhoben wurden, kann aufgezeigt werden, wie in alltäglichen Praktiken des Flüchtlingssozialdienstes das Ankommen von Personen mit Flüchtlingsstatus produziert und reguliert wird. Regulierungstechniken wurden sowohl in der spezifischen Ausgestaltung der Interaktionen, sowie in den Interaktionen selbst ausgemacht. Dadurch konnte verdeutlicht werden, wie Sozialarbeitende und ihr unmittelbarer Arbeitskontext als wichtige Akteur·innen in der Regulierung von Personen mit Flüchtlingsstatus verstanden werden müssen.
  • Publication
    Accès libre
    Das Einbürgerungsverfahren und seine Bedeutung für die soziale Kohäsion: eine qualitative Forschungsarbeit zu Einbürgerungserfahrungen in der Stadt Biel
    (2020)
    Imhof, Luca
    ;
    Pour obtenir la citoyenneté suisse, une personne doit être naturalisée aux trois niveaux (fédéral, cantonal et communal). Pour ce faire, elle passe par une procédure de naturalisation dans laquelle l‘Etat vérifie si elle répond aux critères de naturalisation. Ce mémoire de master traite de questions en rapport à la perception de la procédure de naturalisation par les personnes naturalisées. Onze entretiens qualitatifs ont étés menés pour récolter les données. L'auteur utilise une grille d'analyse basée sur le concept théorique de cohésion sociale pour étudier la relation entre celle-ci et la naturalisation. Il est apparu qu’il n’y a pas d‘évidence claire d‘une relation entre cohésion sociale et naturalisation, mais que leurs différents aspects et dimensions doivent être analysés séparément. La naturalisation peut mener à une cohésion sociale plus ou moins grande, selon la catégorie prise en compte. Les facteurs décisifs à cet égard sont, entre autres, les attentes et expériences individuelles, les conditions structurelles préalables des personnes naturalisées ainsi que l‘organisation spécifique de la procédure de naturalisation par les autorités et leurs représentants., Um die Schweizer Staatsbürgerschaft zu erlangen, muss sich eine Person auf den drei Stufen (Bund, Kanton und Gemeinde) einbürgern lassen. Dafür durchläuft sie ein Einbürgerungsverfahren, in dem von Seiten des Staates geprüft wird, ob die Person die Einbürgerungskriterien erfüllt. Diese Masterarbeit behandelt Fragen zur Wahrnehmung des Einbürgerungsverfahrens durch die Eingebürgerten. Die Daten wurden aus elf qualitativen Interviews gewonnen. Dabei untersucht der Autor mit Hilfe eines, auf dem theoretischen Konzept der sozialen Kohäsion basierten, Analyserasters den Bezug zwischen Einbürgerung und sozialer Kohäsion. Es hat sich gezeigt, dass keine eindeutige Aussage zum Bezug zwischen der sozialen Kohäsion und der Einbürgerung gemacht werden kann, sondern dass die verschiedenen Aspekte und Dimensionen separat betrachtet werden müssen. Die Einbürgerung kann, je nach Bereich, zu einer höheren oder tieferen sozialen Kohäsion führen. Entscheidend dafür sind unter anderem individuelle Erwartungen und Erfahrungen, strukturelle Voraussetzungen der Eingebürgerten sowie die spezifische Ausgestaltung des Einbürgerungsverfahrens durch Behörden und deren VertreterInnen.
  • Publication
    Accès libre
    De l’«impensé colonial» dans le discours politique français: L’analyse de discours de Bernard Cazeneuve à la lumière du concept de «race»/
    (2019)
    Palomo, Mathieu,
    ;
    ;
    Résumé fourni par l'auteur: Le concept moderne de race « biologique » traverse l’histoire nationale française. Outil du pouvoir colonial et métropolitain, celui‐ci s’est développé notamment entre les mains de naturalistes, médecins ou hygiénistes soucieux d’inscrire les inégalités socio‐politiques à même le corps des populations colonisées ou des immigré.e.s coloniaux résidant en métropole. Dès le XIXème siècle, l’invention « scientifique » des « races » en France et dans les territoires colonisés participe de la fabrication de l’identité républicaine, de la citoyenneté française et de la construction de valeurs universalistes reposant pourtant sur une norme masculine blanche. A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, face à l’horreur des camps d’extermination, la notion de « race » biologique disparaît progressivement des textes de lois et des théories scientifiques, discréditée par les cercles scientifiques et les sphères politiques. Mais depuis une vingtaine d’années, face à la nécessité d’interroger les inégalités sociales qui traversent la société française, de nombreux et nombreuses auteur.e.s problématisent cette disparition : la « race » a‐t‐elle vraiment disparue ou porte‐t‐elle un autre visage ? Les discours politiques français sur la laïcité, le communautarisme, les quartiers populaires ou encore l’immigration font émerger la question de l’héritage colonial de la France. J’interroge dans ce travail de mémoire la pertinence de penser le discours politique français sur l’immigration à l’aune de la notion de « race » afin de révéler un « impensé colonial » subsumant les communications politiques de Bernard Cazeneuve, alors en charge en 2016 de l’évacuation de la « Jungle de Calais ».
  • Publication
    Accès libre
    Zivilgesellschaftliche Akteurinnen und Akteure im Deportationsprozess:: eine multiperspektivische Untersuchung zu Widerstand und Macht
    Erhalten Asylsuchende in der Schweiz einen negativen Asylentscheid und wird entschieden, dass der Vollzug einer Wegweisung zulässig, zumutbar und möglich ist, werden sie angehalten, innerhalb einer gesetzten Frist die Schweiz zu verlassen. Diese Masterarbeit fokussiert den Prozess von einer ersten Wegweisungsentscheidung bis hin zur Ausreise abgewiesener Asylsuchender unter Androhung oder Anwendung von Zwang. Darin interessiert, inwiefern zivilgesellschaftliche Akteurinnen und Akteure diesen Prozess beeinflussen, wenn sie sich für das Aufenthaltsrecht abgewiesener Asylsuchender einsetzen. Auf der Basis des Forschungsstandes werden drei theoretische Perspektiven mobilisiert: Die Perspektive Achermanns (2013) zu Deportation als Teil sozialer Exklusion, Foucaults (1992) Ausführungen zu Macht und Widerstand sowie Ansätze zum „liberalen Paradox“ – dem Spannungsfeld zwischen staatlicher Souveränität und menschenrechtlichen Verpflichtungen (Küffner 2017; Gibney / Hansen 2003). Die multiperspektivische Analyse von vier Deportationsprozessen zeigt, dass sich dieses Spannungsfeld durch die Argumentationsweisen und Strategien der befragten Akteurinnen und Akteure hindurchzieht. Daraus gehen Kräfteverhältnisse hervor, die zivilgesellschaftliche und behördliche Akteurinnen und Akteure in einer ungleichen Machtbeziehung zueinander positionieren: In Deportationsprozessen abgewiesener Asylsuchender können zivilgesellschaftliche Akteurinnen und Akteure anhand eines Bezugs auf menschenrechtliche Prinzipien ein Aufenthaltsrecht fordern, Migrationsbehörden können sich in ihrer Tätigkeit im Vollzug auf diese Prinzipien beziehen, während auf Bundesebene darüber entscheiden wird, inwiefern abgewiesenen Asylsuchenden unter Berücksichtigung humanitärer Argumente und Menschenrechten ein Aufenthaltsrecht zukommt. Die Ergebnisse der Analyse legen nahe, dass zivilgesellschaftliche Akteurinnen und Akteure sowohl an der Produktion von staatlicher Souveränität als auch an der Herstellung und Berücksichtigung humanitärer und menschenrechtlicher Prinzipien beteiligt sind.
  • Publication
    Accès libre
    Asylum seekers in narrative action: an exploration into the process of narration within the framework of asylum from the perspective of the claimants
    (2016)
    Marie-Florence Burki
    ;
    Comment une personne raconte-t-elle son histoire en tant que requérante d’asile ? Pour un requérant d’asile, le récit de vie a deux raisons d’être. Il sert à créer une unité des expériences disparates de la vie, particulièrement nécessaire lorsqu’une personne a vécu un changement radical. Selon le concept de l’identité narrative, le récit sert donc à créer un sens du soi cohérent et à représenter son individualité. Mais le récit de vie d’un requérant est aussi la base sur laquelle une décision d’asile est rendue. Toutefois, cette deuxième finalité du récit s’inscrit dans une procédure légale qui cadre la façon dont il est raconté et interprété. Partant de ces deux observations, cette recherche explore comment être requérant d’asile peut cadrer le sens de soi. Cette problématique est examinée au travers du concept de l’identité narrative selon lequel l’individualité est engendrée dans le récit de vie. Ce concept a également guidé l’approche méthodologique. Une analyse narrative des récits de vie de cinq requérants a été conduite. Afin de mieux comprendre le lien entre la narration et le cadre de l’asile, des entretiens ont été menés avec des mandataires. La recherche a permis une identification de trois problématiques. Premièrement, une représentation de l’expérience des réfugiés comme traumatique peut mener à une auto-victimisation des requérants voire à une perte de raison d’être. Deuxièmement, la connaissance des requérants de la procédure et leur compétence narrative peut avoir une incidence importante sur leur perception de l’issue de leur demande. Une grande incertitude quant à la décision d’asile empêche une projection dans le futur. Or cette projection est nécessaire pour que le récit prenne entièrement forme. Troisièmement, une tendance à concevoir le récit comme une source d’information factuelle mène à la supposition qu’une réalité objective est accessible. Cette conception peut engendrer des décisions perçues par requérants d’asiles comme arbitraires., How do individuals engage in the process of narrating their life as asylum seekers? Two observations led to this initial question. On the one hand their narrative serves to provide meaning to their experiences thereby contributing to the construction of a sense of self. On the other hand they are required to tell their story in the context of the asylum application in order to demonstrate their worthiness of the refugee status. Departing from these observations this research sets out to explore whether and how being an asylum seeker may frame an individuals’ sense of self. This central interrogation is tackled using the theoretical concept of narrative identity. It provides an ontological conception of individuals’ selfhood as emerging from the narrative. Moreover the concept also guides the methodological approach. In-depth narrative analysis of the asylum seekers’ life stories are conducted in light of their representation of asylum. In order to better understand the link between narration and the asylum framework the perspective of legal caseworkers is also included. The research led to the identification of three sets of issues. First, the representation of the refugee experience as traumatic can lead to a self-victimization of the asylum seekers impeding on a dignified sense of self as capable agents. Second, the role of knowledge of the procedure and narrative competence has an important incidence on the asylum seekers’ perception of the outcome of their case. A strong uncertainty with regards to the decision can generate a lack of future projection necessary for a narrative to take complete shape. Third, legal practitioners have noted a tendency to conceive of the story as providing a source for factual information thereby presuming the capacity to access an objective reality. This can lead to decisions that appear as arbitrary to the asylum seekers.
  • Publication
    Accès libre
    Regards sur l'expérience de l'enfermement en zone de transit international
    (2016)
    Giacomino, Sabrina
    ;
    Pour déposer une demande d’asile en Europe, il existe deux possibilités de route migratoire pour les requérants d’asile provenant du monde entier: la voie terrestre et maritime, ainsi que la voie aérienne. Si la voie terrestre a été particulièrement documentée au vu de la dangerosité qu’elle représente par le franchissement des mers et le coût humain que cela engendre, il n’en est pas de même pour la voie aérienne. Il est évident que de prendre l’avion offre une sécurité non négligeable pour les requérants d’asile, alors que d’autres affrontent les mers dans des petits bateaux de fortunes pour fuir leur pays. Néanmoins, cela signifie pour eux de vivre leur début de procédure au sein même de la zone de transit international de l’aéroport, dans laquelle ils se retrouvent provisoirement bloqués. La manière dont la procédure d’asile est gérée au sein d’un aéroport est plutôt méconnue, et ce notamment, dans ce que sa gestion implique pour les requérants qui la vivent. Ce travail de recherche se penche alors sur cette expérience qu’est l’enfermement dans une zone de transit pour un requérant d’asile, dans ce cadre si particulier d’un aéroport international. Il s’agira dans ce travail de comprendre au travers de leur témoignage ce que cette situation provoque chez eux, ainsi que le rapport qu’ils entretiennent avec ces locaux vis-à-vis du temps et de l’espace qui leur est imposé. Cette recherche se base sur la perspective de ces acteurs ainsi que sur leurs représentations, à propos de ce qu’ils ont expérimenté en arrivant en Suisse durant leur procédure d’asile.
  • Publication
    Accès libre
    Die Konstruktion der vorläufigen Aufnahme im Asyl- und Ausländergesetz: Eine Analyse des Gesetzgebungsdiskurses zwischen 1985 und 2012
    (2016)
    Sille, Irina
    ;
    Die vorläufige Aufnahme wird 1986 als Ersatzmassnahme für einen nicht durchführbaren Vollzug der Wegweisung eines Ausländers im Asyl- und Ausländergesetz eingeführt. In den folgenden Jahrzehnten wird die rechtliche Regelung vielfach modifiziert. Während Ende der 1980er und in den 1990er Jahren die gesetzlichen Formulierungen der drei Kriterien der Unzulässigkeit, der Unzumutbarkeit und der Unmöglichkeit des Wegweisungsvollzuges konkretisiert werden und Gegenstand von Änderungen sind, kommt es Anfang der 2000er Jahre zu einer Ausweitung der Rechte, die vorläufig Aufgenommene erhalten.

    Ausgehend von diesen Änderungen im Asyl- und Ausländergesetz untersucht diese Arbeit den Gesetzgebungsdiskurs über die vorläufige Aufnahme. Ziel ist es, aus einer diskursanalytischen Perspektive aufzuzeigen, über welche Argumentationen die gesetzlichen Regelungen der vorläufigen Aufnahme im National- und Ständerat konstruiert werden. Gegenstand der Analyse sind Wortprotokolle von Parlamentssitzungen. Ebenfalls in die Analyse einbezogen werden Botschaften des Bundesrates. Die Analyse dieser Dokumente zeigt, dass sich der Gesetzgebungsdiskurs über die vorläufige Aufnahme durch eine Vielzahl unterschiedlicher Argumentationen auszeichnet. Während Politiker liberal-konservativer Parteien die Kurzfristigkeit der Anwesenheit vorläufig Aufgenommener in der Schweiz betonen, um eine restriktive Ausgestaltung ihrer Rechte zu vertreten, stellt die in der Praxis zu beobachtende Langfristigkeit des Aufenthalts den Ausgangspunkt für Forderungen von Politikern links-grüner Parteien nach einer Ausweitung von Rechten dar.

    Die vertiefte Analyse der Argumentationen lässt erkennen, dass auf beiden Seiten moralische Erwägungen und Wertungen der Personen, auf welche die vorläufige Aufnahme Anwendung findet, eine grosse Rolle spielen. Schliesslich wird deutlich, dass Ziele der Migrationskontrolle sowohl in die Definition der Kriterien als auch in die Ausgestaltung der Rechte und Pflichten vorläufig Aufgenommener einfliessen und ausschlaggebend dafür sind, dass sich Personen mit F-Ausweis in der Schweiz in Situationen zwischen Inklusion und Exklusion wiederfinden.
  • Publication
    Accès libre
    Les "Boat People" en Australie: une analyse des politiques d'asile au travers de discours parlementaires
    (2015)
    Volery, Olivia
    ;
    ;
    Bien qu’historiquement, l’immigration ait joué un rôle considérable dans la construction de la nation de l’Australie, suite à la découverte de cette dernière par James Cook en 1770 ; il semble qu’actuellement, le gouvernement australien veuille éviter par tous les moyens l’arrivée supplémentaire de requérants d’asile par voie maritime. Ces derniers sont alors appelés « boat people » – terme qui entra dans le langage courant de l’Australie en 1976 après l’arrivée de cinq hommes vietnamiens rejoignant les côtes de la ville de Darwin à bord d’une pirogue – et ont constitué dès lors un aspect fondamental des politiques d’asile de ce pays. Face à ces déplacements migratoires, de nombreuses mesures, parfois « spéciales », ont été mises sur pied au fil des gouvernements et justifiées par diverses raisons. Dans le cadre de cette recherche, il sera donc question de rendre compte de l’argumentation mise en avant par le gouvernement australien afin de légiférer les procédures visant à encadrer l’arrivée de requérants d’asile par voie maritime. A travers l’analyse des discours parlementaires du gouvernement de l’ancien Premier ministre, Tony Abbott, sur une période de deux ans (2013-2015), ce travail tentera de faire ressortir les raisons qui ont amené à l’adoption de telles mesures d’encadrement. La question de recherche suivante servira de fil rouge tout au long de ce travail : « De quelle manière les discours autour des politiques d’asile sont-ils construits par le gouvernement australien afin de justifier les procédures concernant les requérants d’asile arrivant par voie maritime ? ». L’accent sera donc mis sur les divers enjeux qui ressortent de manière récurrente des discours parlementaires et qui mènent à la construction d’une certaine argumentation utilisée par le gouvernement australien au sujet des politiques d’asile. Il s’agira, entre autres, de se pencher sur la composition de ces mesures « spéciales » qui servent à encadrer ces déplacements afin de connaître leurs fonctionnements mais également de se concentrer sur l’image des requérants d’asile véhiculée dans les discours et qui contribue à la justification du gouvernement. L’aboutissement de ce travail réside dans l’observation de la construction de deux différents discours. L’un de type sécuritaire, soutenu par un processus de sécuritisation autant par les mots – security as a speech act (Waever 1995) – que par les actes – security as a technique of government (Huysmans 2006) – du gouvernement australien. L’autre de type normatif, soutenu par des questions d’équité et de valeurs qui se reflètent par des postulats implicites sur les requérants d’asile et qui, à leur tour, découlent donc d’un populisme et misérabilisme idéologiques.
  • Publication
    Accès libre
    Les politiques d'intégration: un processus entre inclusion et exclusion?: évolution du cadre politique et juridique relatif à l'intégration structurelle des migrants en Suisse depuis 1848
    Le rapport qu’entretient une société nationale avec l’arrivée de migrants est complexe et engendre un questionnement récurrent : comment prendre en compte les « étrangers » ? Les « frontières » d’un Etat-nation – qu’elles soient extérieures ou intérieures – se caractérisent en effet par différents mécanismes d’inclusion et d’exclusion, que ce soit lors de l’arrivée des migrants dans un pays que lors de leur installation dans celui-ci. La régulation des migrations et la manière dont les migrants sont traités une fois installés dans un pays constituent dès lors un aspect fondamental de toute politique nationale. Dans le cadre de cette recherche, en analysant les politiques suisses à l’égard des migrants depuis la création de l’Etat fédéral moderne, nous avons choisi de nous pencher sur l’évolution de l’aspect structurel de l’intégration des étrangers en Suisse, c’est-à-dire les conditions permettant aux étrangers de participer à la structure de la société et de bénéficier de droits et ressources sociaux, économiques, politiques et civils. A travers une approche historique, notre objectif principal était donc de voir comment se caractérise l’évolution du cadre politique et juridique suisse relatif à l’intégration structurelle des migrants depuis 1848. En nous basant sur la méthode employée dans le cadre du Migrant Integration Policy Index (MIPEX), nous avons ainsi pu analyser d’une manière multidimensionnelle les politiques d’intégration suisses sur une période de 166 années. Sur la base de 148 indicateurs concernant sept domaines politiques, le MIPEX nous a permis d’analyser les conditions-cadres de l’intégration des ressortissants d’Etats-tiers légalement établis en Suisse (ou ressortissant d’Etats n’ayant pas signé de convention, traités ou accord avec la Suisse) depuis la création de l’Etat fédéral moderne en 1848. Il convient en outre de souligner que ces résultats ont été approfondis à travers le concept de fermeture sociale de Max Weber (1971) qui nous a permis de faire ressortir les dynamiques par lesquelles les ressortissants des Etats-tiers pouvaient – et peuvent encore aujourd’hui – accéder à des biens sous certaines conditions. Trois périodes distinctes caractérisant l’évolution des politiques d’intégration suisses peuvent ainsi être observées : une période de stabilité entre 1848 et 1920, une période de durcissement des politiques de 1921 à 1973, suivies par une période d’améliorations de 1974 à 2014. En décomposant cette évolution générale, ce travail se penche également sur les différentes dimensions qui caractérisent celle-ci : les conditions de séjour et d’établissement, les conditions d’accès aux ressources et droits économiques, sociaux, politiques et civils, et les conditions d’accès à la nationalité. A travers l’analyse de ces différentes dimensions, nous remarquons ainsi qu’en 166 années, la Suisse est passée d’une situation où l’entrée sur son territoire était relativement aisée, mais où les droits accordés aux étrangers étaient plutôt faibles, à une situation aujourd’hui où l’on restreint l’arrivée, le séjour et l’établissement des étrangers, mais où l’on accorde de plus en plus de droits aux étrangers s’établissant d’une manière permanente en Suisse. D’un régime ayant une politique d’immigration libérale – les critères de sélection aux frontières faisant défaut – mais étant plus restrictif quant à l’accès aux droits citoyens, la Suisse aurait adopté un régime d’immigration reposant sur le principe d’une immigration sélective mais mettant en place des conditions libérales pour les résidents (Wicker 2003). Ainsi, en nous basant sur Morris (2002, 2003), nous observons de multiples « strates de citoyenneté » ; ces processus d’inclusion et exclusion évoluant à travers le temps et étant divers pour chaque ressortissant d’un Etat-tiers selon qu’il ait un permis de séjour ou d’établissement, soit en Suisse pour des raisons de travail, dans le cadre d’un regroupement familial, ou qu’il soit naturalisé. Cette recherche portant sur les variables indépendantes de l’intégration des ressortissants des Etats-tiers en Suisse depuis 1848 permet ainsi de revenir sur 166 années de l’histoire suisse des migrations et de voir ainsi quels sont les opportunités – ou obstacles – qui permettent aux personnes de nationalité étrangère de devenir des membres égaux de la société suisse depuis la création de l’Etat fédéral.
  • Publication
    Accès libre
    Les familles à l'aide d'urgence: entre difficultés, ressources et actions
    (2015)
    Nimis, Laura
    ;
    En 2004, les autorités helvétiques instaurent l’exclusion du domaine de l’asile et de l’aide sociale des personnes dont la demande d’asile a fait l’objet d’une non-entrée en matière. En 2008, la mesure s’étend aux personnes déboutées de l’asile. Afin, de ne pas sombrer dans la misère une aide de survie leur est accordée. Cette aide, nommée « aide d’urgence », est très faible et sensée être temporaire. Les personnes concernées étant plongées dans une précarité telle, elles se rendraient compte par elles-mêmes que leur seule option est le départ. Or, le renvoi n’est pas toujours possible, les refusés de l’asile s’y opposant, ne disposant pas de documents d’identité ou provenant de pays avec lesquels aucun accord de réadmission n’a été signé. Dans le cadre de cette recherche, je m’intéresse aux conditions de vie des familles NEM et déboutées de l’asile percevant l’aide d’urgence à Genève. A travers l’observation de familles résidentes d’un foyer pour requérants d’asile et la réalisation d’entretiens, je tente de comprendre leur quotidien. Plus précisément, je cherche à identifier les contraintes auxquelles elles doivent faire face mais également quels moyens elles mettent en oeuvre pour les contourner et ainsi récupérer une part de leur autonomie. L’analyse montrera que malgré un bon nombre de difficultés, ces familles disposent de plusieurs ressources et moyens pour soulager ou influer sur leur quotidien.