Voici les éléments 1 - 10 sur 30
  • Publication
    Accès libre
    L’apport des sciences humaines et sociales à l‘innovation en Suisse
    (Berne Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation SEFRI, 2023-2-1) ; ; ;
    Les sciences humaines et sociales (SHS) occupent une place importante dans le système de recherche et de formation suisse avec près de deux tiers des effectifs des Hautes écoles (doctorants inclus) (FNS 2016). Cependant, leur contribution à l’innovation est mal identifiée et les SHS restent en marge des programmes de soutien à l’innovation. Ainsi, en 2017, seuls 5% des contributions fédérales pour l’innovation basée sur la recherche scientifique ont concerné les SHS (CTI 2017). Pour mieux comprendre et concevoir l’apport des SHS au système suisse d’innovation, il faut considérer l’ensemble des innovations, sans se focaliser sur celles qui sont issues de la recherche en sciences naturelles et de l’ingénieur. Ainsi, si les innovations techno-productives sont généralement issues d’inventions réalisées par les sciences de la nature et de l’ingénieur, les compétences des SHS permettent de transformer ces inventions en innovations. Elles organisent les processus d’innovation en entreprise, gèrent les droits de propriété intellectuelle, commercialisent les nouveaux produits... Ces innovations techno-productives, notamment dans les domaines des biens d’équipements et des produits pharmaceutiques, positionnent la Suisse parmi les nations les plus innovantes. Ici déjà, si l’on regarde dans le détail, la contribution de ces « sciences facilitatrices » (enabling sciences) semble décisive, puisque c’est dans les domaines organisationnel et commercial que le pays pointe le plus régulièrement en tête des classements européens (European Innovation Scoreboard 2012-2016). A côté des innovations techno-productives, les innovations culturelles consistent à donner du sens, ou un sens nouveau, aux activités économiques. Ces innovations concernent les industries créatives (information et de communication, publicité et marketing, événementiel, design, arts, médias, édition et production audiovisuelle), mais également des activités traditionnelles comme l’agroalimentaire, le tourisme, etc. L’horlogerie suisse est un exemple emblématique du renouvellement d’industries traditionnelles par l’innovation culturelle, en l’occurrence l’introduction de l’authenticité grâce, entre autres, aux mouvements mécaniques. L’innovation culturelle se déploie aujourd’hui largement grâce aux plateformes et aux nouveaux modèles d’affaires liés aux technologies digitales. Toutefois, l’innovation n’est pas censée répondre uniquement aux besoins de compétitivité des entreprises, mais aussi apporter des solutions à des problèmes de société. Les innovations sociales engagent aussi bien les autorités publiques, les entreprises que la société civile. Leur valeur est avant tout fondée sur la capacité à répondre à des problèmes collectifs grâce à des solutions développées en société, par la société et pour la société. Par exemple, les épiceries Caritas permettent à des personnes à bas revenus de s’approvisionner tout en limitant le gaspillage alimentaire. Dans ce contexte élargi de l’innovation, les SHS orientent la réflexion et l’action sur la manière dont des produits et des pratiques deviennent, ou pas, des innovations et acquièrent une valeur en société. De leur côté, les sciences mathématiques, informatiques, naturelles et techniques (MINT) donnent lieu à des découvertes et créent des inventions. C’est généralement avec une contribution des SHS que ces dernières peuvent alors être transformées en innovations.
  • Publication
    Accès libre
  • Publication
    Accès libre
    Corporate Social Innovation as a Transformative Concept : An Institutionalist Perspective
    There is increasing global urgency to attend to the grand challenges of our time, such as climate change, inequalities, poverty or unemployment. Social innovation has been considered a relevant notion to address these challenges by providing creative solutions from a constellation of multiple actors. Multilateral institutions such as the United Nations (UN) or the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD) have advocated using social innovation to find new solutions to meet social goals. Moreover, social innovation goes beyond instrumental significance. Recent research has highlighted the transformative character of social innovation as a tool for changing social relations as it is highly related to the context in which it is developed and the actors who implement it. Therefore, the questions of how social innovation unfolds and how it changes society has become key in politics and academia alike. Despite abundant research on social innovation, little has been explored at the corporate level. When observed from the business perspective, social innovation is known as Corporate Social Innovation (CSI), which consists of introducing new products, services, or processes that solve a social problem and improve an organisation’s performance in parallel. Scholars from diverse disciplines have focused on CSI as a concept that allows the private sector to fulfil institutional voids, address social needs and gain competitive advantages, very aligned to status quo organisations and mainstream approaches to social innovation. These studies reflect a dominance of the economic perspective of CSI, while other multidisciplinary studies have emphasised social innovation as a transformative concept that leads to the alteration, replacement or challenge of leading institutions. The dissertation follows this discussion and shall be understood as contributing and continuing these debates. The overall goal of this dissertation is thus to contribute to an understanding of CSI and the process of systemic change. Building on institutional theory, the study draws upon the relevance of context-related institutions, centring on the prominence of CSI, which occurs in a market context in the process of institutional change. CSI is conceptualised as the implementation of new products, services, processes, or practices that change social relations embedded in market structures that alleviate social problems in a particular context while benefiting an organisation’s performance. Thus, an understanding of CSI as a business strategy to change the social context is put forward. Literature on CSI, business model and sustainable development build the basis to analyse systemic change and interpret societal transformation. Empirically, this dissertation is based on a multiple case study of hybrid organisations in Colombia. Hybrid organisations have been considered outstanding actors to provide solutions to the so-called grand challenges while increasingly delivering innovations that benefit society and pursuing systemic changes. Hybrid organisations capacity to address CSI makes it an interesting case study object. The empirical analysis focuses on a particular type of hybrid organisation, Certified B Corporations (B Corps), a label derived business model that aims to balance profits and purpose. The analysis unveils that CSI can reproduce systemic changes from the lenses of hybrid organisations by addressing sustainable development issues — centrally focusing on the Sustainable Development Goals (SDGs). Notably, an organisation’s business model is a crucial element to reproduce systemic change, in which CSI is used as a mechanism to provide novel solutions to social problems and change social relations in market contexts. The study offers recommendations for policy-makers to reconfigure and analyse the National Policy for Social Innovation in Colombia and gives suggestions to exploit hybrid organisations capacity to reproduce systemic changes
  • Publication
    Accès libre
    The Rolling 50s (and More): Cars and Life Satisfaction Among Seniors Across Europe
    Cars represent a valuable real asset that most individuals use on a daily basis. Although cars are a form of material prosperity like income and other forms of wealth, the link between cars and subjective well-being (SWB) is barely covered in the existing literature. Furthermore, few existing contributions are scattered across specific cultural contexts. Here, we analyze the relationship between cars and the SWB of seniors in different European countries using the SHARE dataset. We construct multilevel and fixed-effect models to explore the extent of economic, infrastructural, and cultural factors and how they can explain this relationship. The results show that the value of the car is, among all wealth components (houses, bank account, bonds, stocks, mutual funds, debts and mortgages), the form of wealth most related to life satisfaction. In addition, cars matter less (a) in affluent societies, (b) where rail infrastructure is more developed, and (c) where people hold fewer materialistic values. We discuss these results in the framework of the functional and positional value of cars, i.e., respectively, the value derived from it regardless of others and the value derived from it vis-à-vis others.
  • Publication
    Accès libre
    Comparison of survey data on wealth in Switzerland
    Beyond income, wealth is one of most relevant components among national and international indicators of household finances. Three surveys that include Switzerland have recently integrated questions about wealth and its components. These surveys are the Swiss Household Panel -SHP- (2016), the Statistics on Income and Living Conditions -CH-SILC- (2015), and the Survey on Health, Ageing and Retirement in Europe -SHARE- (2015). Following three important criteria suggested by the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD), namely relevance, coherence and accuracy, this study systematically compares data on housing and financial wealth. The analysis addresses question wording, the comparison with national accounts and accuracy. Results suggest that SHARE is the most relevant survey in terms of financial wealth and total net worth. CH-SILC is a coherent survey that allows for additional analysis on subjective living conditions, while the SHP is an ecological survey in terms of the number of questions on wealth.
  • Publication
    Accès libre
    Étude sur les addictions et consommations de diverses substances des étudiant-e-s de l’Université de Neuchâtel de l’année académique 2017-2018
    (2019) ;
    Léchot, Morgan
    ;
    Ce présent travail est le fruit d’une collaboration entre le Jardin botanique de la Ville de Neuchâtel et l’Institut de sociologie de l’Université de Neuchâtel (UniNE) dont l’objectif a été de mener une enquête quantitative auprès des étudiant-e-s de l’UniNE pour étudier les pratiques de consommations et comportements potentiellement addictogènes de cette communauté. Elle s’inscrit dans le cadre du séminaire d’introduction à la recherche quantitative et a été en partie réalisée avec les étudiant-e-s en 3ème année du bachelor en sociologie 2017-2018. Les résultats exposés dans le présent rapport sont extraits d’un questionnaire envoyé à l’ensemble des étudiant-e-s de l’année académique susmentionnée inscrit-e-s en bachelor, master et doctorat auquel plus d’un sixième de la population estudiantine a participé. Plus en détail, les questions du questionnaire ont cherché à cerner différents types de consommation (alimentaire, alcoolique, tabagique, cannabique, …), étudier des pratiques possiblement addictives concernant les activités sportives ou digitales (achats ou jeux en ligne, réseaux sociaux, téléphonie mobile, …) ou encore viser à questionner certaines représentations sur les substances végétales et psychoactives ainsi que sur des comportements d’addiction. La structure du rapport est subdivisée en deux grandes parties : d’une part la partie méthodologique de l’enquête et, d’autre part, les résultats statistiques de celle-ci.
    Concernant la population d’enquête, nous pouvons relever que près de trois quarts des participant-e-s sont des femmes (74.6%) contre près d’un quart d’hommes (24.7%)1. S’agissant des diplômes universitaires en préparation, la majorité des participant-e-s est inscrite au niveau bachelor, ce qui représente plus de six étudiant-e-s sur dix (61.7%), plus d’un quart au niveau master (27.4%) et un dixième d’entre elles et eux effectuent un doctorat (10.6%). En termes d’âge, la grande majorité des répondant-e-s ont 30 ans et moins (92.0%)2.
    Au regard de quelques principaux résultats de l’étude, près de trois étudiant-e-s sur dix (28.8%) déclarent consommer plusieurs fois par jour du tabac et près d’un quart (24.7%) boire de l’alcool plusieurs fois par semaine. Un tiers de la population étudiante a consommé du cannabis au moins une fois au cours des douze derniers mois et une part marginale ont fait usage des drogues dites dures (cocaïne, ecstasy, champignons hallucinogènes, héroïne, …). Plus de deux tiers de la population étudiante (69.9%) pratiquent une activité sportive et un dixième d’entre elle (9.9%) en fait tous les jours - à noter que seule une infime proportion déclare faire toujours passer leur vie professionnelle et privée après la pratique de leur activité sportive (respectivement 2.3% et 3.0%). Près d’une moitié de répondant-e-s (47.6%) déclarent passer entre 1 à 3 heures par jour sur internet et un tiers (33.9%) passe le même temps par jour sur les réseaux sociaux. Sept étudiant-e-s sur dix (70.9%) considère comme étant très excessif le fait d’utiliser internet plus de 8 heures par jour pour des activités de loisirs contre une moitié (51.1%) à l’estimer pour l’utilisation quotidienne du téléphone portable plus de 5 heures par jour. On constate de manière générale que plus les répondant-e-s passent du temps sur internet par jour, plus elles et ils auront tendance à considérer ces deux pratiques comme étant non excessives. En termes de représentation sur le caractère de légalité de certains produits, le cannabis est considéré comme une drogue par près de neuf étudiante-s sur dix (87.1%) alors qu’une moitié considère le CBD (56.1%) comme tel. Nous pouvons relever notamment que plus de la moitié des participant-e-s (56.5%) estime que le cannabis devrait rester illégal à la vente et à la consommation contre seulement un peu plus d’un cinquième (21.7%) qui l’estiment pour le CBD. Notons que près de trois quarts des répondant-e-s (74.4%) n’évaluent pas le cannabis comme étant plus nocif que le tabac.
  • Publication
    Accès libre
    Why Wealth Matters More Than Income for Subjective Well-being?
    (Cham: Springer, 2019) ;
    The links between economic prosperity and subjective well-being was one of the first ones to be investigated, ever since the latter has been measured. For convenience and availability matters, income (what people earn) was mostly used at the individual level. It is only since recently that data about wealth (what people possess) is available and the links between wealth and SWB are studied since about a decade. These results show an unambiguous positive link between wealth and SWB. In most cases, wealth is more important than income from the perspective of SWB. Theoretical and empirical reasons are reviewed in this chapter.
  • Publication
    Accès libre
    Between Social Structure Inertia and Changing Biographies: Trajectories of Material Deprivation in Switzerland
    (Cham, Switzerland: SpringerOpen, 2018) ; ; ;
    In contemporary societies, attaining a decent standard of living which allows people to lead a socially integrated life is a key issue for human rights and social policy. In a context in which social structures are more porous yet still quite powerful, the risk of poverty is influenced both by the inertia of these structural determinants and by uncertain life events. This contribution analyzes trajectories of material deprivation in Switzerland from 1999 to 2013 using data from the Swiss Household Panel. We describe the trajectories the households experienced and test the impact of various determinants of these trajectories. We challenge the robustness of previous results by developing innovative measures of the determinants by gathering information at the household level and by taking into account changes in the situation of the households over time. Our findings suggest that some of the claims that have been made regarding the individualization of social inequalities and the decline of social class are not confirmed empirically, and that the classical determinants of social inequalities remain powerful predictors. Sure enough, critical life events can have an impact; however, the scale of this impact is nowhere near as great as the effect of ‘classical’ poverty factors.
  • Publication
    Accès libre
    Female labour force participation and dynamics of income inequality in Switzerland, from 1992 to 2014
    (2018) ; ;
    Jann, Ben
    ;
    Lalive, Raphaël
    ;
    Vandecasteele, Leen
    Cette thèse intitulée « La participation des femmes au marché du travail et les dynamiques des inégalités de revenus en Suisse entre 1992 et 2014 » explore les facteurs qui influencent la participation des femmes au marché du travail et analyse les conséquences de la croissance de cette participation en termes d’inégalités de revenu au niveau des ménages. Cette étude combine deux importants indicateurs au niveau macro, la participation des femmes au marché du travail et l’inégalité de revenu, et examine leurs dynamiques dans le contexte suisse entre 1992 et 2014. Dans la première partie de la thèse, l’attention est portée sur les déterminants de la participation des femmes au marché du travail aux niveaux macro et micro. Au niveau macro, les variables contextuelles sont soit inclues pour identifier le contexte socio-politique dans lequel les femmes vivent soit examinées plus en détail pour déterminer leur influence sur le nombre d’heures de travail effectué par les femmes. Au niveau micro, les revenus des femmes et de leurs partenaires sont étudiés comme déterminants pour le nombre d’heures de travail effectué par les femmes. Ces déterminants classiques sont appariés avec des données relatives aux idéologies socialement construites concernant les attitudes au travail ou à la famille. Le premier article de cette thèse examine les effets de l’expansion de la garde extrafamiliale au niveau cantonal sur le nombre d’heures travaillé par les mères et les pères. Le deuxième article de cette thèse inclut les impôts et les avantages fiscaux, les coûts de garde et la culture des parents comme variables de contexte dans un model commun d’offre de travail basé sur les femmes et leurs partenaires. Dans la deuxième partie de la thèse l’emphase se déplace sur l’inégalité de revenu au niveau des ménages. Le troisième et dernier article de cette thèse interroge sur l’influence éventuelle d’une augmentation de la participation des femmes au marché du travail sur l’inégalité de revenu en Suisse. L’analyse fait la distinction entre différentes sources de revenu et types de ménages, incluant les couples et les célibataires. Tous les articles se focalisent non seulement sur la participation extensive des femmes au marché du travail, mais aussi sur la proportion de contrat à temps partiel. Les principales bases de données utilisées dans cette thèse sont l’Enquête Suisse la Participation Active (ESPA 1992-2014) et le Panel Suisse de Ménages (PSM 2000-2014). Chaque article se base sur une méthodologie spécifique. Le premier article identifie l’effet des reformes de la politique familiale qui ont été introduites au début des années 2000 en employant une estimation de la différence des différences. Le deuxième article explore l’impact des dotations économiques et attitudinales des femmes et de leurs partenaires sur les heures travaillées par les femmes à travers d’un model commun d’offre de travail. Le troisième article s’interroge sur les conséquences de l’expansion de la participation des femmes au marché du travail pour l’inégalité de revenu au niveau des ménages employant des décompositions d’indices et des analyses contrefactuelles. Les résultats mettent en avant un impact faible mais significatif de l’expansion de l’offre de garde formelle extrafamiliale sur le temps de travail partiel entre les mères. Ces réformes n’ont pas eu un effet sur le travail des hommes. Les hommes jouent néanmoins un rôle important pour le travail des femmes car les partenaires influencent les décisions des femmes avec leurs ressources économiques et leurs attitudes. L’effet du revenu des partenaires est particulièrement pertinent pour les femmes orientées vers les tâches ménagères qui ressentent des fortes pressions morales pour rester à la maison et s’occuper des enfants. En Suisse, l’augmentation de la participation des femmes au marché du travail a contribué à maintenir une basse inégalité de revenu. Cet effet a été produit par la réduction de la variabilité des salaires des femmes., This thesis explores drivers of female labour force participation and analyses the consequences of an increase in female labour force participation for income inequality at the household level. This study combines these two important macro indicators, namely female labour force participation and income inequality, and investigates their dynamics in the Swiss context from 1992 to 2014. In the first part of the thesis, particular attention is placed on the determinants of female labour force participation at the macro and micro level. At the macro level, contextual variables are either included in the background to identify the socio-political context in which women live or examined more in detail to determine their influence on women’s labour supply. At the micro level, wages and income of women and their partners are studied as main determinants of women’s labour supply. These classical determinants are paired with socially constructed ideologies identified through gender role attitudes towards work and family. The first article of this thesis examines the effects of the expansion of childcare provision at the cantonal level with respect to maternal and paternal labour supply, while the second article of this thesis includes taxes and benefits, childcare costs, and culture as contextual variables in a joint labour supply model of women and their partners. In the second part of the thesis, the focus shifts towards household income inequality. The third and last article of this thesis investigates how the increase in female labour force participation affects household income inequality in Switzerland. The analysis distinguishes between different income sources and household types, including both couples and singles. All articles focus not only on the extensive participation of women on the labour market, but also on the intensity of this participation in terms of part-time rates. The main databases used in this thesis are the Swiss Labour Force Survey (1992-2014) and the Swiss Household Panel (2000-2014). Each article is built on a specific methodology. The first article identifies the effect of family policy reforms that were introduced at the beginning of the 2000s and uses a difference-in-differences estimation. The second article explores the impact of economic and attitudinal endowments of women and their partners with respect to women’s labour supply through a discrete labour supply model. The third article investigates the consequences of the expansion in female labour force participation for household income inequality through index decompositions and counterfactual analyses. Results identify a small but significant impact of the expansion of childcare provision on mothers’ high part-time rates. No effects are found for paternal employment. Men play an important role for women’s labour supply as partners influence women’s decisions both through their economic and their attitudinal endowments. This income effect is particularly relevant for home-oriented women who feel strong moral pressures to stay home and perform childcare. In Switzerland, the total increase of female labour force participation contributed to keep household income inequality low. This effect was mainly due to the reduced variability in women’s wages.
  • Publication
    Accès libre
    Improvement of quality of life through adaptation ?: A qualitative longitudinal approach on households in precarious prosperity in three european countries
    (2018) ; ;
    Budowski, Monica
    ;
    Bonvin, Jean-Michel
    ;
    Maeder, Philippe
    Cette thèse examine l’adaptation à la prospérité précaire en mettant en lien la recherche sur la qualité de vie et celle sur les inégalités sociales. L’accent est mis sur les ménages vivant une situation socio-économique spécifique appelée la prospérité précaire. Ces ménages luttent pour maintenir un niveau de prospérité sécure et constituent une thématique d’actualité aussi bien dans le monde scientifique qu’en politique sociale. Le thème de l’adaptation est analysé au sein du même groupe de population à travers trois perspectives théoriques, deux approches méthodologiques, et dans trois contextes nationaux (Roumanie, Espagne et Suisse). L’objectif du présent travail est de faire progresser la recherche sur l’adaptation en contribuant au débat empirique, théorique et méthodologique. L’approche qualitative apporte une perspective innovante à la discussion sur l’adaptation où les travaux quantitatifs dominent. Basée sur une collaboration internationale, cette thèse apporte sa contribution à la méthodologie de la comparaison entre nations. De plus, elle analyse des données longitudinales, ce qui est rare dans la recherche qualitative. Elle est composée de trois articles publiés dans des revues scientifiques qui ont été élaborés dans un processus itératif, en travaillant la recherche de littérature, la théorie et l’analyse en plusieurs cycles. Les processus d’échantillonnage, de collecte des données, du codage et d’analyse sont ont clairement documentés. Le corpus de données analysé est composé de deux ou trois vagues d’entretiens qualitatifs qui ont été menés dans trois pays entre 2008 et 2014. L’approche analytique des trois articles est la même et intègre des éléments de l’analyse de contenu et de l’induction analytique. Les résultats empiriques montrent que les personnes qui vivent dans des ménages en prospérité précaire s’adaptent à leurs conditions de vie si ces dernières sont perçues comme impossible à changer, et aussi que certains processus d’adaptation sont liés aux expériences sociales que ces personnes ont vécues. Cette recherche a permis d’affiner les approches théoriques de l’analyse de l’adaptation, de la qualité de vie et de la prospérité précaire dans une perspective qualitative, se référant en particulier à la manière dont ces trois concepts sont liés théoriquement. Le premier article réunit les situations objectives et les structures d’opportunités au niveau macro avec le bien-être subjectif et l’agentivité au niveau micro pour identifier la qualité de vie du ménage. Le deuxième article se base sur le concept de lien social (Paugam 2008) pour conceptualiser des sources de protection et de reconnaissance pour le ménage en prospérité précaire. Le troisième article applique le cadre théorique de l’agentivité en situation de pauvreté (Lister 2004) à la prospérité précaire. Il résulte de cette recherche la définition suivante de l’agentivité en situation de prospérité précaire : l’agentivité renvoie à une action volontaire influencée par le contexte social et les expériences individuelles. Elle peut être individuelle ou collective, orientée à court terme ou long terme, et vise à améliorer le bien-être subjectif ou à changer les conditions de vie. Cette recherche défend la thèse que, pour que les conceptions théoriques de l’analyse la qualité de vie en prospérité précaire soient fécondes, l’adaptation doit être intégrée comme un type d’agentivité visant à améliorer le bien-être subjectif lorsque les ménages font face à des contraintes structurelles. Abstract: The present study investigates adaptation to precarious prosperity through linking quality of life research with social inequality research. The focus is on households in a specific socioeconomic position termed precarious prosperity. These households struggle to maintain a degree of secure prosperity and are a concern addressed by researchers and policy makers. The topic of adaptation is analyzed in the same population group by means of three theoretical approaches, two methodological perspectives, and three country contexts (Romania, Spain and Switzerland). The objective of the dissertation is to advance research on adaptation by contributing to the empirical, theoretical and methodological debate. The qualitative approach adds an innovative perspective to the quantitatively dominated debate on adaptation. Based on international collaboration, the research contributes to the methodology of cross-national comparisons. Moreover, it investigates longitudinal data, which is rare in qualitative research. The three published articles have been elaborated in an iterative process by working alternately on literature, theories and analysis. The processes of sampling, data collection, coding and analysis are clearly documented. The data corpus I analyzed is composed of two or three waves of qualitative interviews conducted in three countries between 2008 and 2014. The three articles adopt the same analytical approach and contain elements from content analysis and analytic induction. Empirical results provide evidence that adaptation occurs when people do not perceive it possible to change their living conditions, and also that specific processes of adaptation are linked to social experiences. The research refines theoretical approaches for analyzing adaptation, quality of life and precarious prosperity from a qualitative perspective, referring to how the three concepts are theoretically linked. Article 1 brings together objective situations and opportunity structures on the macro level with the subjective well-being and agency on the micro level to identify their quality of life. Article 2 refers to the concept of social bonds (Paugam 2008) to conceptualize opportunities for protection and recognition. Article 3 applies the framework for agency in poverty (Lister 2004) in the situation of precarious prosperity. The investigations result in a definition of agency in precarious prosperity: agency refers to a purposeful action that is influenced by the social context and individual experiences. It may be individual or collective, is oriented to the short term or the long term, and aims at improving subjective well-being or changing living conditions. I argue that in order for the theoretical concepts for analyzing quality of life in precarious prosperity to be fruitful, adaptation must be integrated as a pattern of agency for improving subjective well-being when dealing with structural constraints.