Login
Pouvoirs, conflits et communautés dans la Tandjilé et le Mayo-Kebbi au Tchad: une lecture de la longue durée de la période précoloniale à l'Etat postcolonial
Résumé Le Tchad, depuis le 28 novembre 1958, a opté pour la république. Plus de 50 ans après, on s'aperçoit que le pays traverse une crise sociopolitique permanente pouvant s'analyser non comme le refus de l'État mais de son utilisation par les groupes hégémoniques pour capter, de façon exclusive, les diverses ressources qu'offre l'accès au pouvoir d'État. Des hypothèses sont avancées pour expliquer cet échec de l’État tchadien de construire et d'instruire durablement la citoyenneté, le vivre-ensemble collectif. Ces hypothèses prennent pour arguments le contexte multiethnique du pays, avec ses diversités géographiques, linguistiques, culturelles et religieuses, toutes les références identitaires fortement ancrées et localisées, qui seraient des freins à une vie nationale harmonieuse. L’analyse des processus historiques des rapports aux pouvoirs des communautés des régions de Sud-ouest du Tchad offre la possibilité de saisir les divers niveaux de structuration de ces rapports de l’échelle locale à celle nationale et globale. Comprendre les modes de gestion des territoires communautaires ou ethniques avant, pendant et après la colonisation donne un éclairage sur les processus sociaux engagés par les acteurs en présence d’une part, et permet d’explorer d’autre part leurs imaginaires historiques, culturels et politiques. Les réalités des territoires communautaires prennent alors un sens nouveau, parce que c’est en comprenant les processus historiques de territorialisation, c’est-à-dire de marquage ou de formatage des espaces auxquels ont été confrontées les différentes communautés durant la colonisation et après l’indépendance du Tchad, que pourrait s’énoncer une des clés de compréhension de la situation de crise permanente que traverse le Tchad; entendu que ces réalités qui structurent ces territoires communautaires localement se lisent également en miroir avec les réalités plus globales et nationales. Les dynamiques sociales observées localement ouvrent ainsi de compréhension des rapports entre État et production des violences au Tchad.

Abstract:
Chad has opted for the republic, since November 28th, 1958. More than 50 years later, we realize that the country is going through a recurrent socio-political crisis that can be analyzed not as the refusal of the State but its misuse by hegemonic groups to exclusively capture various resources through State power. Hypotheses have been put forward to explain this failure of the Chadian State to build and sustainably educate citizenship, collective living-together: Those hypotheses take as arguments the country's multi-ethnic context, with its geographical, linguistic, cultural and cultural diversities, religious, and all other strong and localized identity references, which would be hinder an harmonious national life. The analysis of the historical processes of power relationship with the communities of South-West Chad offers the opportunity to grasp the different levels of structuring of these relationships from the local to the national and global levels. Understanding the ways in which communities or ethnic territories are managed before, during and after colonization gives insight into the social processes engaged by the actors in the presence, in one hand, and in the other hand, allows them to explore their historical, cultural and political imaginaries. The realities of the community territories then take on a new meaning, because it is by understanding the historical processes of territorialization, that is to say of marking or formatting the spaces that the different communities faced during colonization and after the independence of Chad, which could be one of the keys to understanding the ongoing crisis situation in Chad; It is understood that these realities that structure these community territories locally are also mirrored by the more global and national realities. The social dynamics observed locally thus open up the field of understanding of the relationship between the State and the production of violence in Chad.
   
Mots-clés Tchad; pouvoirs; conflits; communautés; violence; Mayo-Kebbi; Tandjilé;
Chad; Powers; Conflicts; communities;
   
Citation Gondeu, L. (2020). Pouvoirs, conflits et communautés dans la Tandjilé et le Mayo-Kebbi au Tchad: une lecture de la longue durée de la période précoloniale à l'Etat postcolonial, Doctorat, Université de Neuchâtel, Neuchâtel.
   
Type Thèse (Français)
Année 2020
Departement academique Faculté des lettres et sciences humaines, Institut de sociologie
Université Université de Neuchâtel (Neuchâtel)
Degré Doctorat