Login
Erdgeschichte(n) und Entwicklungsromane: Goethes "Wanderjahre" und Stifters "Nachsommer"
Résumé Résumé
Le présent travail de recherche explore les liens entre récits de formation littéraires et géologiques de la première moitié du 19e siècle. Deux ouvrages géologiques, Recherches sur les ossements fossiles (1812) de Georges Cuvier et Principles of Geology (1830–1833) de Charles Lyell, sont analysés et comparés avec les romans d’apprentissage Wilhelm Meisters Wanderjahre oder die Entsagenden (1828/29) de Johann Wolfgang von Goethe et Der Nachsommer (1857) d’Adalbert Stifter. L’ensemble de ces récits de formation a été publié dans la première moitié du 19e siècle, dans le contexte d’un changement de paradigme temporel connu sous le nom de temporalisation ou historisation. Le terme temporalisation désigne une nouvelle conception du temps historique, dans laquelle tout événement revêt un caractère unique. Dans cette optique renouvelée, l’être humain est en mesure d’évoluer, et le développement psychosocial de l’individu prend, dès le milieu du 18e siècle, une place centrale dans la littérature européenne. Quelques décennies plus tard, dans la première moitié du 19e siècle, plusieurs ouvrages géologiques se penchent sur la formation et l’histoire de la Terre. La nouvelle conception du temps historique imprègne également le domaine des sciences naturelles et conduit à une historisation de la Terre ainsi qu’à l’étude de sa genèse. Le traitement littéraire des processus d’individuation a été étudié sous différents angles par la germanistique. Dans les romans de développement, l’individu est généralement au cœur du récit, tandis que les récits sur les formations géologiques ne font que très rarement référence à l’être humain. En effet, les recherches sur l’âge de la Terre ont conduit à une marginalisation temporelle de l’homme en tant qu’individu et en tant qu’espèce. L’existence d’une histoire de la Terre quasiment inconcevable à l’échelle humaine s’impose alors progressivement dans le premier tiers du 19e siècle. Les récits sur la formation de la Terre publiés dès lors s’éloignent souvent d’une conception du temps linéaire et décrivent des événements cycliques ou interrompus par des catastrophes naturelles. L’intérêt pour la géologie s’accroit rapidement au 19e siècle et se reflète notamment dans l’importante réception des ouvrages scientifiques publiés à cette époque. Toutefois, les effets des connaissances géologiques sur la constitution du sujet individuel ou encore sur l’esthétique de la modernité n’ont jamais fait l’objet d’une étude approfondie. Le présent travail a donc pour but d’explorer les liens entre les domaines de la littérature et de la géologie dans la première moitié du 19e siècle, en étudiant, pour ce faire, différents types de textes. L’analyse effectuée permet, d’une part, de mettre en lumière les tensions entre autonomisation et dépendance chez l’individu, et, d’autre part, d’appréhender la constitution du sujet individuel moderne. En outre, l’évolution du concept de développement ainsi que son influence sur l’esthétique de la modernité sont examinées en profondeur.

Abstract
This thesis puts literary and geological narratives of development at the center of analysis. In doing so, it focuses on two geological histories, Georges Cuvier’s Recherches sur les ossemens fossiles (1812) and Charles Lyell’s Principles of Geology (1830–1833), and two coming-of-age novels, Johann Wolfgang von Goethe’s Wilhelm Meisters Wanderjahre oder die Entsagenden (1828/29) and Adalbert Stifter’s Der Nachsommer (1857). Each of these works was written during the first half of the 19th century, in the context of a paradigm shift that fundamentally changed the perception of time. As a result of this so-called ‘ temporalization’ or ‘historicization’, the historical process came to be perceived as singular and unrepeatable. Man now was considered as a being capable of development. From the mid-18th century onwards, the psycho-social formation of the ‘ I’ was turned into a literary topic, while in the geological field, histories of the Earth´s evolution were written starting with the first half of the 19th century. In natural history, the altered perception of time caused a historicization and the planet’s evolution came to be described in the context of geological histories. German linguistic research has long concerned itself with literary individuation narratives. Traditionally, coming-of-age novels set out a linear narrative with the human individual at the center. In geological histories of evolution on the other hand, humans barely appear. The discovery of the Earth´s ancient history led to a temporal marginalization of man as an individual and of humanity as a species, and during the first third of the 19th century, the knowledge about a nearly unimaginable past of the Earth became widely accepted. In their depiction of development, geological histories often deviate from a linear concept and present cyclic narratives or narratives interrupted by catastrophic scenarios. The 19th century witnessed a great interest in geological topics, which is evident from the broad reception of geological specialist literature. Nevertheless, scholars so far have shown little interest in the effects of this newly acquired geological knowledge on the constitution of the subject or the aesthetics of modernity. With the help of a wide range of select texts, this thesis analyzes the space of knowledge created by literature and geology during the first half of the 19th century, in order to explore the charged relationship between subject centering and decentering, and to contribute to the understanding of subject constitution in modernity. Moreover, the thesis puts to analysis the different courses of development and their effects on the aesthetics of modernity.
   
Mots-clés géologie; littérature allemande; Wanderjahre de Goethe; Nachsommer de Stifter; poétologie du savoir; temporalisation; développement; Geology; Literature; Goethe’s Wanderjahre; Stifter’s Nachsommer; Poetology of knowledge; Temporalization; Historicization; Development
   
Citation Schaer, K. (2020). Erdgeschichte(n) und Entwicklungsromane: Goethes "Wanderjahre" und Stifters "Nachsommer", Doctorat, Université de Neuchâtel, Neuchâtel.
   
Type Thèse (Allemand)
Année 2020
Departement academique Faculté des lettres et sciences humaines, Institut de langue et littérature allemandes
Université Université de Neuchâtel (Neuchâtel)
Degré Doctorat