Login
Dwelling and circulating in a context of risks: (im)mobilities and environmental hazards in Tajikistan's Pamir mountains
Résumé Cette recherche doctorale en géographie humaine examine la relation entre les risques environnementaux et les (im)mobilités humaines à travers le cas des montagnes du Pamir au Tadjikistan. Ce travail constitue une ethnographie longitudinale des résident.e.s de la Vallée du
Bartang, qui vivent sous la menace d’aléas environnementaux tels qu’inondations, avalanches, et chutes de pierres. Des méthodes qualitatives ont été utilisées, notamment des observations,
entretiens, méthodes mobiles, auto-ethnographie et méthodes audio-visuelles. La recherche aborde les questions de la transition post-soviétique, de la durabilité des modes de vie, des aléas environnementaux et de la perception de risques, et donne un aperçu des activités quotidiennes et de la spiritualité dans la vallée du Bartang. Le travail est structuré autour de deux grands axes de recherche : l’immobilité involontaire provoquée par l’inaccessibilité physique et
l’immobilité volontaire encouragée par l’attachement au territoire. Les aléas environnementaux impactent l’état des routes et des véhicules et perturbent les mobilités entres espaces ruraux et urbains, qui sont essentielles pour les résident.e.s. La vulnérabilité des conditions de vie et des infrastructures de la mobilité face aux aléas environnementaux est renforcée par le niveau de pauvreté dans la vallée. Les perturbations fréquentes de la mobilité réduisent l’accessibilité de
la vallée et peuvent induire une immobilité involontaire. En dépit des risques et de la faible accessibilité, l’attachement au territoire est profond chez les résident.e.s qui, de façon générale, expriment des liens forts avec leur vallée. Beaucoup restent dans leur village ou rentrent après plusieurs années passées à travailler dans d’autres régions du Tadjikistan ou en Russie. De nombreuses familles qui ont été déplacées par des évènements climatiques choisissent de rester dans la vallée, se réinstallant dans leur village ou à proximité de celui-ci. L’attachement au
territoire, l’immobilité et la capacité d’adaptation sont envisagées comme des phénomènes se renforçant mutuellement ; les continuums entre mobilité et immobilité et entre (im)mobilité volontaire et involontaire sont explorés dans leurs aspects dynamiques et fluctuants.
Prendre l’accessibilité, les empêchements de circulation, et l’attachement au territoire comme principales thématiques de recherche a mené à un travail hybride, à l’intersection d’études sur les liens entre migrations et environnement, sur les mobilités rurales, quotidiennes ou
circulaires, et de travaux ethnographiques plus classiques sur des communautés rurales montagnardes. Au niveau théorique, le travail plaide pour une meilleure intégration des concepts du mobilities turn dans la recherche sur les mobilités environnementales, afin d’inclure une gamme plus variée de types de mobilités se situant à des échelles spatiales et temporelles différentes, de prendre en compte les aspirations et potentiels en lien avec la mobilité, d’explorer les infrastructures et aspects matériels, et d’intégrer l’immobilité. À travers
une analyse des liens au territoire et de la perception des risques qu’ont les individus, ce travail réaffirme l’importance de la géographie culturelle pour le champ des (im)mobilités environnementales.

Abstract:
This doctoral research in human geography examines the relation between disaster risks and human (im)mobilities through a case study in Tajikistan’s Pamir Mountains. This work constitutes a longitudinal ethnography of the residents of the Bartang Valley, who live under
the threat of environmental hazards such as floods, avalanches, and rockslides. Qualitative methods were implemented, including observations, interviews, mobile methods, autoethnography,
and audiovisual methods. The research touches upon issues of post-Soviet transition, livelihood sustainability, environmental hazards, and risk perceptions, and gives insight into everyday activities and spirituality in the Bartang Valley. The work is structured around two main research topics: involuntary immobility induced by physical inaccessibility and voluntary immobility enhanced by place attachment. Hazards impact the state of roads and vehicles and impair rural-urban mobilities, which are essential to the livelihoods of the Bartangi
people. The vulnerability of these livelihoods—and of the mobility infrastructure—to environmental hazards is increased by the general level of economic poverty in the Valley. Frequent mobility disruptions reduce the accessibility of the Valley and can lead to involuntary
immobility. Despite these risks and low accessibility, place attachment is deep among residents who generally express strong bonds with their valley. Many remain in their villages or return after years spent working in other parts of Tajikistan or in Russia. Most of those who are
displaced by destructive hazards choose to stay in the Valley, relocating within or not far from their village. Place attachment, immobility, and adaptive capacity are envisioned as mutually reinforcing phenomena, and the mobility-immobility and voluntary-involuntary continuums are
explored in their dynamic and fluctuating dimensions.
Taking accessibility, mobility disruptions, and place attachment as core research topics has led to a rather hybrid work at the intersection between studies on the environment-migration nexus, on rural-urban, daily, or circular mobilities, and more classical ethnographic works on rural mountainous communities. At the theoretical level, this work argues for a better integration of concepts of the “mobilities turn” into research on environmental mobilities in order to encompass a wider range of mobility patterns on multiple spatial and time scales, to examine (im)mobility aspirations and potentials, to explore infrastructure and materialities, and to include immobility. Through an analysis of individual place attachment and risk perception, this work also reaffirms the importance of cultural geography for the field of environmental
mobilities.
   
Mots-clés mobility; immobility; environmental risks; place attachment; accessibility; motility; Pamirs; Tajikistan; mobilité; immobilité; risques environnementaux; attachement au territoire;accessibilité; motilité; Pamir; Tadjikistan
   
Citation Blondin, S. (2021). Dwelling and circulating in a context of risks: (im)mobilities and environmental hazards in Tajikistan's Pamir mountains, Doctorat, Université de Neuchâtel, Neuchâtel.
   
Type Thèse (Anglais)
Année 2021
Departement academique Faculté des lettres et sciences humaines, Institut de géographie
Université Université de Neuchâtel (Neuchâtel)
Degré Doctorat