Login
Reconquérir la ville après un épisode psychotique: pratiques, espaces et temporalités
Résumé Cette recherche porte sur rôle de l’environnement urbain dans le processus de rétablissement de la psychose. Elle explore les pratiques, les espaces et les temporalités du processus de reconquête de la ville chez des jeunes personnes ayant vécu un premier épisode psychotique dans la ville de Lausanne, en Suisse.
Cette analyse examine le rétablissement dans une perspective écologique qui considère la ville dans sa dimension systémique, comme un ensemble d’interactions entre les êtres vivants et les milieux spatialement et temporellement situés. Je propose d’analyser la façon dont le rythme des troubles agit sur les pratiques et sur les formes d’engagement avec l’environnement urbain et la manière dont cela se traduit par la mobilisation de ressources matérielles, sociales, sensorielles et affectives particulières.
Dans un premier temps, mon analyse retrace le processus progressif de reconquête de l’espace urbain au cours du rétablissement. Je mets en évidence la grande variété et diversité d’espaces mobilisés par les jeunes personnes dans leurs trajectoires quotidiennes qui incluent tant des espaces institutionnels de soins comme les hôpitaux ou les centres de consultation que des espaces de soins plus informels comme des parcs urbains ou des cafés.
Dans un deuxième temps, à l’aide du concept “d’intensité d’engagement” développé par Laurent Thévenot (2006), j’examine la façon dont les personnes modulent leur engagement avec les ressources matérielles, sociales, affectives et sensorielles de l’environnement, en fonction du rythme d’apparition et de l’intensité des troubles. Mon analyse montre l’alternance entre les pratiques spatiales de retrait et d’engagement avec l’environnement en fonction de cycles de manifestation des troubles courts ou longs.
Dans un troisième temps, je développe une réflexion plus générale qui porte sur les stratégies et les tactiques développées par les personnes vivant avec un diagnostic de psychose lors de situations de stress en milieu urbain. Je m’intéresse tout particulièrement aux techniques de “mise en confort” de l’environnement qui sont employées dans les pratiques quotidiennes de rétablissement.
Enfin, en guise de conclusion, mon analyse développe quelques pistes de réflexion destinées à la fois aux professionnels de la santé mentale et aux spécialistes de l’aménagement urbain, permettant de repenser l’habitabilité de nos villes et d’améliorer la qualité de vie de ses habitants.
Plus largement, ce travail s’inscrit dans un projet de recherche interdisciplinaire entre la psychiatrie et la géographie humaine, financé par le Fonds national suisse de recherche (FNS), et vise à mieux comprendre le rôle de l’environnement urbain dans l’émergence des troubles de la psychose. Cette analyse a été menée avec des jeunes patients appartenant au programme de traitement et d’intervention précoce dans les troubles psychotiques (TIPP) du centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).
Ce travail se base sur une ethnographie menée dans une institution thérapeutique lausannoise avec des personnes appartenant au programme TIPP, ainsi que sur des “go-alongs”, des entretiens et des “focus groups” avec un autre groupe de patients de ce même programme.
   
Mots-clés géographie humaine, psychiatrie, psychose, rétablissement, écologie urbaine, milieu urbain, pratiques, espace public, intensité d’engagement, ressources, temporalités, approche basée sur l’expérience, ethnographie, Lausanne
   
Citation Codeluppi, Z. (2019). Reconquérir la ville après un épisode psychotique: pratiques, espaces et temporalités, Doctorat, Neuchâtel, Neuchâtel.
   
Type Thèse (Français)
Année 2019
Departement academique FLSH, Institut de géographie
Université Neuchâtel (Neuchâtel)
Degré Doctorat