Login
Outsourcing asylum reception: street-level organizations and the privatization of state action in Switzerland
Abstract En mettant à l’épreuve de l’ethnographie les questions posées par la sous-traitance, cette thèse apporte un éclairage sur les discours, les pratiques et les effets quotidiens de l’accueil externalisé des personnes relevant du domaine de l’asile en Suisse. Elle propose une analyse
approfondie de la sous-traitance d’une tâche régalienne à la sphère privée, non seulement en termes de conception de la politique publique, mais aussi en termes de responsabilité et d’opportunités de négociation politique.
Sur la base d’une étude de terrain qualitative et multi-située menée entre 2016 et 2018, cette thèse se penche sur le travail quotidien de trois organismes (une entreprise à but lucratif, une organisation à but non lucratif, une organisation caritative) mandatés par les autorités
publiques pour la gestion opérationnelle cantonale de l’accueil. Elle examine comment ces organisations, et leurs agents, négocient au quotidien la politique d’accueil, d’hébergement et d’accompagnement des demandeur-se-s d’asile sous l’influence de régimes de gouvernance
et managériaux changeants. Elle met en lumière le rôle central des organisations de proximité – structurellement situées à l’interface entre l’État, ses politiques et les individus – dans l’élaboration du contenu réel des politiques publiques par des pratiques informelles et discrétionnaires.
Sur cette base, cette thèse explore le processus par lequel la politique d’accueil est gouvernée par et à travers des intermédiaires privés, à savoir des organisations d’interface, mais aussi des instruments et des logiques issus de la sphère privée. Elle montre que si cette configuration de gouvernement est banale dans ses principes et a longtemps prévalu dans le paysage suisse de l’accueil, c’est plutôt dans le dosage du public et du privé, mais aussi dans l’articulation des rationalités qui la traversent, qu’elle est actuellement spécifique. De même, en adoptant une perspective méso-politique incluant l’environnement structurel, idéologique, mais aussi technologique, matériel et spatio-temporel dans lequel cette politique est aujourd’hui gouvernée, cette thèse dépasse une compréhension purement individualisante ou, à l’inverse,
axée uniquement sur la structure, pour articuler une pluralité d’espaces et d’acteurs dans l’analyse de l’accueil quotidien des demandeur-se-s d’asile. Ainsi, cette recherche met en lumière la complexité et la diversité de la dynamique plus large de la privatisation de l’agir étatique, c’est-à-dire les processus sophistiqués, mais aussi (in)visibles
de diffusion d’intermédiaires privés dans la gouvernance de l’accueil. Elle montre comment la privatisation – à première vue, un processus cohérent et homogène – est dans ce domaine composée de plusieurs dynamiques transversales, parfois involontaires ou contradictoires,
produites par les acteurs publics et privés. Il s’agit, par exemple, de la contractualisation, de la marchandisation et de la bureaucratisation néolibérale de l'accueil, de sa managérialisation et de son humanitarisation, mais aussi de sa dépolitisation.
En abordant ces questions, cette thèse s’intéresse à des dimensions du processus de soustraitance qui restent obscures dans la littérature en sciences sociales et politiques. Elle met en lumière les processus à l’oeuvre dans le redéploiement néolibéral de l’État dans la gouvernance
de l’accueil, notamment par le déplacement de la tâche politique de mise en oeuvre de la politique d’accueil (et de ses objectifs contradictoires) vers la sphère opérationnelle, la diversification des organisations de rue, et donc des dispositions morales vis-à-vis de l’accueil, la prolifération de formalités bureaucratiques et néolibérales, ainsi que la dilution des
responsabilités qui en résultent. Il s’agit donc de la déconstruction, de la construction et de la reconstruction de catégories binaires, à l’apparence fixe et homogène : l’État, le « non-État », le public, le privé, mais aussi le formel et l’informel, le managérial et l’humanitaire, la
proximité et la distance, le social et le contrôle.

Abstract:

Focusing on the contracted provision of accommodation, supervision, and care to asylum seekers in Switzerland, this thesis sheds ethnographic light on the day-to-day discourses, practices, and effects of outsourced asylum reception on the ground. It proposes a thorough
analysis of the subcontracting of a sovereign task to the private sphere, not only in terms of the conception of public policy, but also in terms of accountability and opportunities for negotiating politics.
Drawing on a qualitative, multiple-case study research conducted between 2016 and 2018, this dissertation examines the daily work of state-mandated organizations (a for-profit company, a non-profit organization, a charity) responsible for the cantonal (local) operational
management of reception. It investigates how these organizations, and their agents, negotiate daily the reception of asylum seekers under the influence of shifting governance and managerial regimes. It sheds light on the critical location of street-level organizations – structurally situated at the interface between the state, its policies, and individuals – and on the way they determine the actual content of public policy through informal and discretionary practices.
On this basis, this thesis explores the process by which reception policy is governed by and through private intermediaries, namely, street-level organizations, but also instruments and logics from the private sphere. It shows that if this configuration of government is banal in its
principles and has long prevailed in the Swiss reception landscape, it is instead in the distribution and proportion of public and private, but also in the articulation of the rationalities that run through it, that such configuration is specific. Similarly, by adopting a meso-political perspective including the structural, organizational, infrastructural, and
individual dimensions which inform the governance of reception, this thesis goes beyond a purely individualizing understanding or, conversely, one that focuses solely on structure, to articulate a plurality of actors and spaces in the analysis of asylum reception.
Overall, this research highlights the intricacies of the broader dynamics of the privatization of state action, that is, the sophisticated, yet also (in)visible processes of diffusion of private intermediaries in the governance of reception. It shows how privatization – at first sight a
coherent and homogeneous process – is composed of several transversal dynamics, sometimes unintentional or contradictory, produced by public and private actors. These include, for example, the contractualization, commodification and neoliberal bureaucratization of
reception, its managerialization and humanitarianization, but also its depoliticization.
In addressing these issues, this thesis puts forward other dimensions of outsourcing processes that remain obscure in the social and political science literature. It illuminates the processes at work in the neoliberal redeployment of the (welfare) state in governing reception, in particular
through the shifting of the political task of implementing reception policy – and its contradictory objectives – to the operational sphere, the diversification of street-level organizations, and thus of the moral dispositions towards reception, the proliferation of bureaucratic and neoliberal formalities, and the resulting dilution of responsibilities. It is thus the account of the deconstruction of binary categories: the state, the non-state, the public, the private, the formal and the informal, but also proximity and distance, welfare and repression.
   
Keywords asylum reception, outsourcing; street-level organizations; intermediaries; privatization, neoliberal bureaucratization; interface; Switzerland; ethnography; politique d’accueil; asile; sous-traitance; organisations de proximité
intermédiaires, privatisation, bureaucratisation néolibérale, interface, Suisse, ethnographie
   
Citation Alberti, C. (2020). Outsourcing asylum reception: street-level organizations and the privatization of state action in Switzerland. Doctorat, Université de Neuchâtel, Neuchâtel.
   
Type Thesis (English)
Year 2020
Academic department Faculté des lettres et sciences humaines, Laboratoire d'études des processus sociaux
University Université de Neuchâtel (Neuchâtel)
Degree Doctorat