Login
Coping with work stress brought home : the role of supplemental evening work, leisure activities and social support for well-being
Résumé Le stress au travail affecte la santé des employés et également leur vie privée. Dans cette thèse de doctorat, je me concentre sur des facteurs de stress spécifiques et des stratégies de gestion pour examiner leurs effets sur le bien-être en soirée. Dans la première étude, l'impact des tâches inachevées sur le bien-être, l’effet du travail supplémentaire en soirée et le progrès ressenti sont analysés. A l'aide d'une étude sous forme de journal de bord pendant 10 jours de travail, nous avons montré grâce à un échantillon de 240 employés que les tâches inachevées mènent à plus de tension. Effectuer du travail supplémentaire en soirée augmente la fatigue et la tension. Si du progrès dans les tâches est ressenti pendant le travail supplémentaire en soirée, les effets néfastes sont affaiblis et les employés se sentent plus soulagés. Dans la deuxième étude, nous avons investigué si les activités de loisirs effectuées avant un effort supplémentaire de travail en soirée peuvent atténuer les effets néfastes sur le bien-être à la fin de la journée. Au total, 85 enseignants ont participé à l'étude sous forme d’un journal de bord pendant 10 jours. Les analyses multi-niveaux démontraient que le travail supplémentaire en soirée était négativement lié à la récupération et au détachement psychologique. Aucun effet n'a été trouvé concernant les exigences familiales. Des résultats mitigés sont apparus concernant l’effet des activités de loisirs sur le bien-être. Lorsque celles-ci étaient suivies de tâches professionnelles supplémentaire effectuées en soirée, les activités sociales nuisaient à la récupération, tandis que les activités physiques stimulaient le détachement psychologique en fin de journée. Pour terminer, la troisième étude a examiné comment les facteurs de stress liés au travail affectent le don de support social au sein d’un couple. Sur les 147 couples à double revenu ayant participé à l’étude transversale, les résultats ont montré qu'un-e partenaire donne du soutien tant émotionnel qu’instrumental à l'employé-e stressé-e, tandis que ce dernier, cette dernière donne du soutien négatif au, à la partenaire. Aucune différence entre les sexes dans le comportement de soutien n'est apparue.
Dans l'ensemble, cette thèse de doctorat révèle que le stress professionnel empiète sur la vie privée, où il impacte le bien-être affectif et cognitif en fin de journée, mais où il affecte aussi le, la partenaire. Concernant la gestion du stress, les études présentées dans cette thèse de doctorat ont montré que les implications du travail supplémentaire effectué en soirée sur le bien-être ne sont que partiellement atténuées par les activités de loisirs, que le progrès ressenti lors d’un travail supplémentaire effectué en soirée joue un rôle clé pour le bien-être, et que les couples à double revenu se soutiennent mutuellement de manière similaire malgré leur propre stress professionnel. Les atouts et les faiblesses des études menées ainsi que leurs implications pour la recherche et la pratique sont mentionnées, suivies d'une conclusion personnelle basée sur les résultats trouvés.

Abstract
Work stressors affect the health of employees and also shape their private lives. In this dissertation, I address specific stressors and coping strategies to examine their effects on well- being at bedtime. In the first study, the impact of unfinished tasks on well-being is discussed and the role of supplemental evening work and experienced goal progress is investigated. A diary study on 240 employees over 10 working days demonstrates that unfinished tasks lead to more tension. Resuming work-related tasks in the evening increases fatigue and tension. If goal progress is felt during the work effort, the detrimental effects on well-being are weakened and employees experience a sense of relief. The second study explores whether leisure activities performed before carrying out work-related tasks in the evening attenuate work-related threats to well-being at bedtime. A total of 85 teachers participated in the 10-day diary study. Multilevel modelling showed that supplemental evening work was negatively related to recovery and psychological detachment. No effect has been found for family demands. Mixed findings of leisure activities on well-being emerged. When followed by supplemental evening work, social activities hindered recovery while physical activities stimulated detachment at bedtime. Finally, the third study examines how work stressors affect the provision of social support among intimate partners. On 147 dual-earner couples it shows cross-sectionally that a partner gives more emotional and instrumental support to the stressed person whereas the stressed person provides more negative support to the partner. Here, no gender differences in support behavior emerged.
Overall, this dissertation reveals that work stress spills over into private life where it impacts affective and cognitive well-being at bedtime, and also affects intimate partners. Regarding coping with work stress, the studies point out that the strain due to supplemental evening work is only partially mitigated by leisure activities, that experienced goal progress while working in the evening plays a key role for well-being, and that dual-earner couples are
equally supportive of each other despite their own work stress. Strengths and weaknesses of the conducted studies as well as their implications for research and practice are mentioned, followed by a concluding personal outlook based on the findings of this dissertation.
   
Mots-clés tâches inachevées; travail supplémentaire en soirée; activités de loisirs; don de soutien social; bien-être; unfinished tasks; supplemental evening work; leisure activities; provision of social support; well-being
   
Citation Chariatte, C. (2022). Coping with work stress brought home : the role of supplemental evening work, leisure activities and social support for well-being, Doctorat, Université de Neuchâtel, Neuchâtel.
   
Type Thèse (Anglais)
Année 2022
Departement academique Institut de psychologie du travail et des organisations
Université Université de Neuchâtel (Neuchâtel)
Degré Doctorat