Login
Archéologie d'une épiphanie: du reliquaire au Moyen Age & de ses redéploiements expographiques
Résumé Ce travail porte sur le devenir de l’objet sacré dès lors qu’il franchit le seuil du musée et sur les possibilités de sa transmission. Il prend le reliquaire médiéval et les formes entourant sa mise au secret et son apparition dans le cadre des sanctuaires du christianisme occidental comme point de départ à l’observation de ses redéploiements ultérieurs. Il s’inscrit dans le cadre de l’obtention d’un doctorat en sciences humaines et sociales de l’Université de Neuchâtel et d’un
diplôme de troisième cycle de l’Ecole du Louvre. Il comporte une réflexion théorique importante quant aux outils conceptuels les plus appropriés pour problématiser puis écrire une histoire longue des dispositifs ayant entouré les apparitions et réapparitions des reliquaires dans l’Eglise médiévale et, au-delà. Cette étude s’articule en deux parties mettant en regard comment, dans des univers de représentations très différents, une même catégorie d’objet peut
servir de support à l’apparition de réalités invisibles. Le premier volet du diptyque explore les relations entre les reliques, les écrins conçus pour honorer ces restes des « morts très spéciaux » et les aménagements réglant aléatoirement leur occultation et leur ostension. Sur le sur fil entre créé et incréé, distance et proximité, les reliquaires, enchâssés dans des strates mobilières et architecturales successives, y apparaissent en lien profond avec la manifestation de la présence
du sacré. Le second volet part de la conservation matérielle de ces précieux fragments de l’art et de la spiritualité médiévale pour interroger leurs pérégrinations et les formes de leurs réapparitions hors de leur énonciation première. Il débute son exploration par les intérieurs de
collectionneurs anglais du XVIIIe siècle, les réinventions romantiques du patrimoine médiéval, les displays nés des premières expositions universelles et les présentations apparues dans les musées au lendemain de la Révolution française. Il rapproche ensuite des installations à l’intérieur de trésors d’église, de musées de trésors, dans des expositions temporaires et des collections permanentes en France, en Allemagne, en Suisse, en Italie, ou encore aux États-
Unis au long du XXe siècle et jusqu’à nos jours. La multiplicité des réinterprétations expositionnelles possibles de ces objets palimpsestes de significations changeantes fait de leurs réappropriations successives un observatoire des glissements entre Eglise et musée, entre
sacralité médiévale et sacralité muséale, entre symbolisation et réinterprétation. Un locus idéal pour interroger également les mythes fondateurs du temple muséal.


Abstract
Archeology of an Epiphany. Reliquaries in the Middle Ages and their new display scenes in private collections, museums and Church treasuries since the XIXth century is a wide-ranging study about the construction of sacrality and the possibility of its later transmission through
museums. It chooses Christian reliquaries and their inscription in architectural settings, ritual and liturgical performances in the Medieval Church as an observatory position to consider their later redeployments. In order to write a diachronic story of the different settings surrounding
these peculiar objects throughout times, this PhD mobilizes the philosophical concepts of “visibility and display” (from Foucault & Agamben), “cultural transfer” (Espagne), “appropriation” (Banxandall) and the notion of “framing” (Grave, Van Eck & Phélan).
Considering two enunciative systems separated in time, this work confronts in-depth analyses of the reliquaries among medieval visuality with comprehensive descriptions of their subsequent museological apparitions. The first chapters investigate the interactions between
what P. Brown has called the “special dead”, the shrines built to house them, and the gleaming materials chosen to reflect Heaven’s glory. These pages focus on the articulation of reliquaries, treasure chests, Church barriers and treasuries in the dynamic elaboration of the sacred based on the manifestation of liminality in Medieval Christianity. In a religion characterized by the Incarnation of an invisible God, relics appear here on a fragile border between created and uncreated, visibility and invisibility, presence through absence, seeing and believing. The
journey of these precious fragments of medieval art and spirituality away from their former enshrining leads the second part of this study to question museological transcriptions and interpretations of the sacred over a long period of time. Chronologically and then thematically,
it brings together new scenes of apparition around reliquaries from permanent installations, temporary exhibitions, and contemporary church treasuries (exhibition units come from France, Germany, Switzerland, Belgium, Italy and Great Britain). Choosing the reliquary as a locus to observe the dynamic of sacralization in Medieval devotion, this essay queries the processes of historical appropriations of sacred objects, negotiations between the former meanings and uses
of these, and the transfer of sacredness. It underlines the extent to which exhibiting is always an interpretative operation framing both the art and society it stages and the figure of the museum itself inseparable from one’s own system of belief and authority.
   
Mots-clés reliques; reliquaires; spiritualité médiévale; culte des saints; pèlerinages; transitus; sacré; ostensions; thésaurisation; trésors; vision/visibilité; invisibilité; théâtralité; transfert (culturel); appropriation; dispositif; musée; muséalisation; muséologie; muséographie; exposition; expographie; traduction/resémantisation; archéologie;
relics; reliquaries; medieval spirituality; cult of the saints; pilgrimages; transitus; sacred; treasure and treasuries; visibility/invisibility/medieval visuality; theatricality; transfer (cultural); appropriation; display; museum; musealization; museology; museography; exhibition; tradition; interpretation; framing; archeology.
   
Citation Fouché, F. (2020). Archéologie d'une épiphanie: du reliquaire au Moyen Age & de ses redéploiements expographiques, Doctorat, Université de Neuchâtel et Ecole du Louvre, Neuchâtel et Paris.
   
Type Thèse (Français)
Année 2020
Departement academique Faculté des lettres et sciences humaines, Institut d'histoire de l'art et muséologie, et Ecole du Louvre
Université Université de Neuchâtel et Ecole du Louvre (Neuchâtel et Paris)
Degré Doctorat