Login
Pragmatique procédurale cognitive du temps en italien
Responsable du projet Louis De Saussure
   
Collaborateur Laura Baranzini
   
Résumé Ce projet porte sur la prolongation d’une recherche actuellement en cours de réalisation (100012_137967), dont l’objectif est de préciser, puis expliciter, les processus inférentiels sous-jacents aux effets de sens de plusieurs formes verbales de l’italien : le futur, avec une attention particulière sur le futur épistémique qui revêt une dimension évidentielle complexe, le présent, avec une attention particulière sur les effets de sens dits pro futuro, où l’énoncé porte sur un état de choses à venir, et l’imparfait, en particulier dans ses dimensions non temporelles ou non strictement temporelles, parfois dites modales. La justification d’une demande de prolongation se trouve dans des contraintes conjoncturelles (engagement à 70% au lieu de 100%) et scientifiques (résultats inattendus demandant des compléments de recherche). Le projet de recherche en cours a pour objectif d’expliquer le système des temps verbaux de l’italien, documentée de manière abondante mais encore lacunaire, par l’approche cognitive pragmatique déjà bien développée pour le français depuis Saussure (2003). Pour l’approche envisagée, les effets de sens des morphèmes grammaticaux émergent dans l’interprétation online sous la pression combinée du contexte linguistique, du contexte extra-linguistique (l’environnement cognitif) et de principes cognitifs (pragmatiques) orientant l’inférence vers sa meilleure cible, définie en termes de pertinence (Sperber & Wilson 1995). Dans Saussure (2003, 2006, 2010 et 2011), nous avons explicité en détail comment les morphèmes temporels, en tout cas les temps verbaux, encode des routines pragmatiques agrégeant plusieurs types d’information pour déterminer non seulement des positionnements temporels abstraits mais aussi des variétés de sens non temporels, en particulier modaux et évidentiels (cf. Barbet & Saussure 2012). Le plan de recherche pour la prolongation demandée sur une année prévoit de continuer une collaboration qui s’est avérée nécessaire avec une autre équipe à l’Université de Neuchâtel travaillant spécifiquement sur l’évidentialité dans les langues romanes (équipe de Corinne Rossari) ; cette collaboration porte plus spécifiquement sur l’imparfait (et plus généralement l’imperfectif) a donné lieu à une publication (Baranzini & Ricci à paraître). Parallèlement, une collaboration informelle, qui s’est concrétisée lors de trois rencontres scientifiques (Neuchâtel 2012 consacrée au futur, Split 2013 dans un panel sur l’évidentialité lors du colloque de la Societé européenne de linguistique, et Pise 2014, lors du colloque Chronos où nous avons présenté trois communications sur les thèmes du projet), en particulier avec P. Dendale (Bruxelles), B. Copley (Paris), A. Mari (Paris), M. Squartini (Turin), P.M. Bertinetto (Pise), A. Giannakidou (Chicago), s’est établie autour de nos objets de recherche, qui suscitent aujourd’hui l’attention soutenue des romanistes intéressés au croisement des données temporelles, modales et évidentielles. Nous prévoyons également de traiter certains emplois du conditionnel. Il s’agit maintenant pour nous de terminer cette partie de la recherche en modélisant la procédure interprétative du futur, de l’imparfait et du présent en italien. Ce travail d’unification et de formalisation des résultats obtenus permet de situer l’italien dans la fresque des langues romanes en montrant comment des aspects contrastifs inédits résultent de variations dans les procédures encodées par ces expressions. Par exemple, le caractère évidentiel, temporel et/ou modal du futur varie entre le français et l’italien, mais aussi la valeur fondamentale de l’imparfait, qui est plus clairement imperfective selon les auteurs ayant travaillé sur le français, mais aspectuellement indéterminé en italien, faisant intervenir au contraire, ici aussi, un paramètre évidentiel.
   
Mots-clés modalité, morphologie verbale, italien, aspect, temps, pragmatique, cognition
   
Type de projet Recherche fondamentale
Domaine de recherche Langues romanes
Source de financement FNS - Encouragement de projets (Div. I-III)
Etat Terminé
Début de projet 1-4-2015
Fin du projet 31-3-2016
Budget alloué 117'675.00
Contact Louis De Saussure