Login
Causes de l'accroissement des dépenses de santé: hausse des coûts ou amélioration des prestations
Responsable du projet Claude Jeanrenaud
Felix Gutzwiller
Julian Schilling
   
Résumé En Suisse, comme dans la plupart des pays industrialisés, les dépenses de santé croissent rapidement (taux de croissance annuel moyen de 5,8% pour la Suisse entre 1990 et 1996). Une partie de cette hausse correspond à une augmentation du coût des prestations, une autre partie à un accroissement de leur niveau de qualité («health outcome»). Cette distinction est importante car, dans le premier cas, la hausse des coûts implique une dépense plus grande pour obtenir la même qualité de soins, alors que, dans le second, les ressources supplémentaires consacrées au système de santé permettent d’accéder à des traitements plus efficaces et de recevoir des prestations de meilleure qualité.
La mesure de l’évolution des coûts et du prix est une question importante qui suscite un large débat en Suisse et à l’étranger. Aux Etats-Unis, en 1996, la commission présidée par M. Boskin remettait son rapport au comité du Sénat. Elle est arrivée à la conclusion que les indices de prix surestiment l’inflation, l’une des raisons étant qu’ils ne tiennent pas suffisamment compte de l’amélioration de la qualité des produits et des services (Boskin et al. 1996). L’an dernier, l’Office fédéral de la statistique a mandaté trios instituts universitaires pour étudier les implications du rapport Boskin sur le calcul de l’indice des prix à la consommation en Suisse (Brachinger, Schips et Stier 1999). Les rapports américains et suisses recommandent l’utilisation d’un indice du coût de la vie plutôt qu’un indice de prix. Ils suggèrent également quelques techniques de correction permettant de rapprocher l’indice des prix d’un indice du coût de la vie.

La question soulevée par le rapport Boskin est particulièrement pertinente dans le domaine de la santé en raison de la hausse rapide des dépenses. L’indice suisse des prix à la consommation mesure les variations des prix, mais il ne renseigne pas sur la hausse des coûts dans le domaine de la santé. Dans l’hypothèse où le nombre de traitements reste identique, une augmentation des dépenses est associée à de l’inflation, même s’il y a augmentation de la qualité des soins et des prestations («health outcome»). La hausse des prix reflétée par la variation de l’indice excède l’augmentation du coût de la santé. Si les dépenses augmentent proportionnellement au nombre de traitements, l’indice de prix indiquera une variation de prix nulle, même si les traitements supplémentaires restent sans effets sur la qualité des prestations («health outcome»). Pour la politique de santé, il est essentiel de pouvoir observer et mesurer l’augmentation effective des coûts. Or, seul un indice du coût de la vie est à même de fournir cette information.
   
Mots-clés
   
Type de projet Recherche fondamentale
Domaine de recherche Economie politique
Source de financement FNS (PNR 45 Problèmes de l'Etat social)
Etat Terminé
Début de projet 1-9-2000
Fin du projet 30-11-2003
Budget alloué 245'408
Contact Claude Jeanrenaud