Login
Implication de la mémoire déclarative, de la mémoire procédurale et de l'attention dans les opérations de morphologie flexionnelle et dérivationnelle
Responsable du projet Joel Macoir
   
Collaborateur Marion Fossard
Noemie Auclair Ouellet
Maximiliano Wilson
Chantal Mérette
   
Résumé Problématique. Pendant très longtemps, la caractérisation des processus normaux et pathologiques de
production et de compréhension du langage a été effectuée de manière totalement isolée de celle relative
aux autres fonctions cognitives. Selon cette approche traditionnelle, on considère que le langage est
différent de la mémoire, de l'attention, des fonctions exécutives, etc., et doit donc être appréhendé
séparément du reste de la cognition. Bien que rassurante et justifiée sur le plan clinique, cette approche
n'est cependant plus acceptable lorsqu'on s'intéresse aux processus cognitifs fondamentaux qui
sous-tendent les habiletés linguistiques. En effet, le langage est étroitement relié aux fonctions
cognitives primaires (attention, mémoire de travail) ainsi qu'aux fonctions mentales supérieures telle que
la mémoire. Comprendre la nature de cette interrelation entre le langage et la cognition représente un
défi important en psychologie du langage. Dans ce projet, nous proposons d'étudier cette interrelation
fondamentale, via une approche neurolinguistique portant sur la morphologie. Ce domaine du langage,
qui régit la combinaison de parties de mots (les morphèmes) afin de marquer des informations d'ordre
grammatical ou de modifier le sens d'un mot, se prête très bien à cette étude puisque selon certains
modèles théoriques, on y différencie des opérations relevant de la mémoire déclarative (mémoire des
mots et des connaissances sur le monde) et d'autres de la mémoire procédurale (mémoire des règles et
des procédures motrices et cognitives). Les données relatives à la contribution de ces mémoires au
processus morphologiques sont cependant très générales et peu nombreuses. Les études déjà menées
dans notre laboratoire nous confortent dans la pertinence dans notre sujet d'étude, dans sa faisabilité et
dans l'importance des résultats potentiels pour la recherche en psycholinguistique et plus largement, pour
la santé cognitive des Canadiens. Méthode. Dans ce projet, nous proposons de spécifier l'interrelation
entre les mémoires à long terme et les processus morphologiques flexionnels (processus impliqués dans
la conjugaison des verbes) et dérivationnels (processus impliqués dans la formation des mots (ex., gentil
+esse = "gentillesse") par l'ajout d'affixes) au moyen d'études menées auprès de 15 personnes souffrant
spécifiquement de troubles de la mémoire procédurale (maladie de Parkinson) et de 15 personnes
présentant plutôt une atteinte isolée de la mémoire déclarative (démence sémantique). Leur performance
dans diverses tâches expérimentales de compréhension et de production du langage sera comparée à
celle d'un groupe de 30 personnes sans atteinte cognitive. L'influence des capacités d'attention sur les
processus morphologiques a aussi été soulevée dans quelques études antérieures, dont une menée dans
notre laboratoire et financée par le CRSH, et ces aspects seront aussi spécifiquement contrôlés dans
notre projet.
Résultats attendus et retombées. Les résultats produits suite à ces études sont importants à plusieurs
égards. Ils permettront d'abord une meilleure compréhension conceptuelle des liens fonctionnels entre
les mémoires à long terme et le langage. De manière plus précise, ils permettront de clarifier les divers
processus en cause dans la morphologie. Sur le plan clinique, ces résultats pourront mener au
développement d'instruments permettant par exemple d'améliorer le diagnostic différentiel des diverses
formes de maladies dégénératives ou, plus largement, de tests pour l'évaluation des troubles acquis du
langage. Enfin, ils permettront ultimement le développement d'approches ou de méthodes thérapeutiques
des troubles morphologiques, mieux adaptées à leur origine fonctionnelle linguistique et/ou mnésique.
   
Mots-clés Langage, mémoire, morphologie verbale, flexion, dérivation, attention
   
Type de projet Recherche appliquée
Domaine de recherche psycholinguistique, neurologie
Source de financement SSHRC (Social Sciences and Humanities Research Council of Canada)
Etat Terminé
Début de projet 1-4-2014
Fin du projet 31-3-2018
Budget alloué 136'200 CHF
Contact Marion Fossard