Login
Mondialisations des formes urbaines à Hanoi et Ouagadougou
Responsable du projet Ola Söderström
   
Résumé La mondialisation des espaces urbains se caractérise par la généralisation de modes de gouvernance et de formes urbaines à caractère cosmopolite : telle est l’hypothèse de cette recherche. Autrement dit, les flux globaux de capitaux, de personnes et de connaissances jouent, d’une part, un rôle de plus en plus important dans la gouvernance urbaine et contribuent, d’autre part, à générer de nouvelles formes construites. L’objectif principal de cette recherche est, sur cette base, d’analyser plus particulièrement comment des échanges de connaissance sur de longues distances (modèles urbains ou architecturaux) transforment les formes des villes contemporaines. De nombreux travaux ont en effet été consacrés au rôle des flux financiers ou migratoires dans la mondialisation urbaine, ainsi qu’aux transformations récentes de la gouvernance urbaine. La mondialisation de la forme des villes a, pour sa part, été beaucoup moins étudiée. Les deux terrains d’étude, Hanoi et Ouagadougou, ont été choisis pour trois raisons. Primo, ces deux villes sont dans une situation marginale par rapport à l’économie-monde. Secundo, elles sortent d’une situation de « quarantaine » liée au sous-développement et/ou à la situation politique du pays ou de la région. Tertio, elles connaissent depuis quelques années une intensification des flux qui les relient à d’autres villes et régions, Ce choix permet donc, d’une part, d’étudier un processus de mondialisation hors des espaces généralement analysés à cet effet (Europe, Amérique du Nord, Chine), et, d’autre part, une mondialisation des formes urbaines qui est actuellement « en train de se faire ». Ces deux études de cas viennent compléter une recherche récemment terminée dans une ville européenne elle aussi longtemps marginale, mais aujourd’hui en phase de mondialisation plus rapide : la ville de Palerme. À elles trois, ces études de cas, situées sur trois continents, permettront de comprendre des aspects fort peu analysés de la mondialisation des villes et de la culture. Les études de cas reposent sur trois types de méthodes : des recherches documentaires, des analyses statistiques, des observations et entretiens sur le terrain. Elles se focalisent sur l’étude « biographique » d’un échantillon raisonné de formes urbaines et architecturales.
   
Mots-clés Mondialisation, culture, identité, urbanisme, Globalisation, identity, urbanism
   
Type de projet Recherche fondamentale
Domaine de recherche Géographie humaine et économique, écologie humaine
Source de financement FNS - Encouragement de projets (Div. I-III)
Etat Terminé
Début de projet 1-1-2009
Fin du projet 30-9-2010
Budget alloué 212'858.00
Autre information http://p3.snf.ch/projects-122411#
Contact Ola Söderström