Login
L'économie résidentielle en Suisse: identification et mise en perspective
Project responsable Olivier Crevoisier
   
Team member Alain Segessemann
   
Abstract L’expression « économie résidentielle » est devenue en quelques années un des maîtres mots du développement local. Davezies (2003) la décrit comme une approche qui cherche à définir les modalités de création de richesse dans une région donnée en distinguant les flux de revenus que capte le territoire grâce à ses atouts résidentiels. Frémont (2009 :41) parle d’économie résidentielle pour « tous ceux qui vivent plus ou moins ici et dont les revenus viennent d’ailleurs». Ce concept est devenu important en raison de la place centrale qui est donnée au consommateur-résident plutôt qu’au producteur dans la création de richesse régionale. En effet, la logique qui prévalait « d’un individu pour un territoire », c’est-à-dire une personne qui vit, consomme et travaille dans un même espace est dépassée : l’allongement de la durée de vie de la population génère davantage de retraités qui se déplacent et consomment (Rérat et al. 2007), les modes de consommation évoluent et se traduisent par le développement d’activités en lien avec les besoins quotidiens des populations résidentes (Pecqueur 2011), l’attractivité migratoire et pendulaire des territoires joue un rôle-clé dans le développement des activités, notamment touristiques, et enfin les progrès technologiques, à la fois dans les transports et les télécommunications, obligent à prendre en compte la multi-appartenance territoriale de la popu-lation. Sur le plan théorique, cette recherche s’inscrit dans les récents travaux qui abordent la question de l’habitat et de sa localisation hors des centres urbains. Plusieurs approches considèrent la périurbanisation des activités comme une catégorie spatiale (Sharp and Clark 2008 ; Nelson 2007 ; Steinicke et al. 2006). D’autres approches, comme la migration d’agrément, définissent les mouvements de la population en fonction de l’existence d’agrément culturels ou naturels dans les zones de destination (Gosnell and Abrams 2009 ; McIntyre 2009). Enfin, certains tra-vaux traitent de l’émergence de nouvelles formes de résidence par le concept de la multilocalité (Perlik 2011 ; Weichhart 2009). Cependant, l’approche de l’économie résidentielle nous apparait plus adéquate. En effet, d’une part elle permet d’intégrer dans un même modèle analytique l’étude des flux de revenus dans le cadre de la théorie de la base. D’autre part, cette approche est la seule qui articule les deux dimensions de production et de consommation dans le déve-loppement régional et la création de richesses (Talandier 2008 et 2007; Davezies 2003) : • L’économie productive cherche à intégrer la localisation des firmes et des travailleurs (facteurs de production et économies d’agglomération) dans le développement régional. Il existe alors un enjeu de création de richesse pour ces territoires, où le développement local dépend de la qualité du système productif, de la capacité à attirer des entreprises et à favoriser leur essor. • L’économie résidentielle cherche à intégrer les choix résidentiels et récréatifs des indivi-dus dans le développement régional. L’enjeu concerne alors le cadre de vie de la popu-lation, où le développement local dépend de la population importatrice de revenus qui alimentent l’économie locale, indépendamment de sa capacité productive. En liant ces deux dimensions, l’objectif de ce projet est d’identifier et d’évaluer l’importance de l’économie résidentielle dans le développement des régions suisses. Sur les plans à la fois analytique et méthodologique, cette recherche développe une approche originale permettant de mesurer l’économie résidentielle en Suisse à partir des travaux de Davezies (2003). En revisitant la théorie de la base, ce dernier a intégré des revenus extérieurs supplémentaires au revenu des activités productives traditionnellement considéré comme mo-teur unique du développement régional. Plus spécifiquement, la « mesure » de l’économie rési-dentielle en Suisse sera réalisée à partir d’une approche quantitative descriptive qui se dé-roulera en deux étapes. Elle consistera dans un premier temps à identifier les flux basiques et induits de l’économie résidentielle pour les communes et les régions de Suisse à partir des données statistiques d’emplois (données du recensement fédéral des entreprises en particulier), et de revenus (données de l’Administration fédérale des contributions en particulier). Elle consistera dans un deuxième temps à construire des typologies de régions par une analyse factorielle permettant de mieux comprendre les dynamiques territoriales en Suisse (démogra-phie, emploi, etc.) et les interdépendances entre régions. En développant une méthodologie analytique permettant de prendre en compte et d’apprécier le rôle de l’économie résidentielle dans le développement des régions en Suisse, cette étude donnera un nouvel éclairage dans la conception des politiques publiques d’aménagement du territoire et de politique régionale.
   
Keywords économie résidentielle, Emploi, Revenu, théorie de la base économique, Suisse
   
Project homepage http://p3.snf.ch/project-141310
   
Type of project Fundamental research project
Research area Géographie humaine et économique, écologie humaine
Method of financing FNS - Encouragement de projets (Div. I-III)
Status Completed
Start of project 1-5-2012
End of project 31-10-2015
Overall budget 243'909.00
Additional info http://p3.snf.ch/projects-141310#
Contact Olivier Crevoisier